Treize mecs à faire éjaculer

nympho baise treize hommes

Qu’il aille au diable », ai-je pensé, en sortant d’un pas furieux alors que la porte se refermait derrière moi. Même en vacances, il a trouvé quelque chose pour se plaindre, il est peut-être temps que je commence à chercher un nouveau maître ! Laisse-moi t’expliquer, par nature je suis une personne très soumise, on pourrait même dire que je suis pacifiste, sous sa tutelle j’étais devenue son esclave, sa salope et sa pute.

Quels que soient ses besoins, il était de mon devoir de les satisfaire, même au point de subjuguer ma propre personnalité. Chaque fois qu’il voulait quelque chose, je devais le lui donner, n’importe où et n’importe comment. Il était mon Seigneur et Maître, il n’avait qu’à dire le mot et j’avais le devoir de laisser mon corps être utilisé et abusé de la manière dont il le souhaitait, et avec qui il le souhaitait. Ne te méprends pas, j’ai beaucoup apprécié cet usage et cet abus de mon corps.

À première vue, je n’ai rien de spécial, un mètre soixante-dix, une bonne silhouette je suppose, certainement un buste qui me fait remarquer, trente-six pouces, beau et ferme, peut-être un peu lourd, il suffit de dire que si je tombais en avant, je n’aurais aucune chance de me casser le nez. Oh, et je ne porte jamais de soutien-gorge. Bien que j’aie un visage plutôt ordinaire, je pense que ce qui attire vraiment l’attention, ce sont mes cheveux cuivrés jusqu’à la taille, je les appelle mon summum. À vingt-sept ans, j’ai eu une vie relativement bonne, je n’ai jamais manqué de rien.

J’ai été dépucelée, enfin pour être tout à fait honnête, je l’ai donnée de mon plein gré à un oncle de quarante et un ans, alors que j’avais tout juste dix-huit ans et que j’étais très précoce, à cet âge j’avais une belle silhouette, mais pas beaucoup d’amis.

Les garçons de l’école me tournaient autour comme des guêpes à un pique-nique, et parfois je les laissais même toucher mes seins, bien qu’ils soient maladroits et tâtonnants, la finesse étant bien au-delà de la capacité de leur unique cellule cérébrale. J’avais même accepté de leur faire une branlette de temps en temps, fascinée par la façon dont la crème jaillissait de ce petit trou au bout de leur bite.

À ces occasions, je rentrais chez moi et m’allongeais sur mon lit en caressant ma chatte, me demandant pourquoi j’avais cette compulsion à caresser, jusqu’à ce qu’une nuit, juste avant l’échéance mensuelle, je commence à le faire encore plus vite et plus fort. C’est à ce moment-là que j’ai découvert les joies de la masturbation, l’exaltation ressentie et la satisfaction obtenue grâce à cet événement avaient été si puissantes que l’exercice a rapidement fait partie de mon quotidien.

C’est pendant que je me masturbais que Bert, mon oncle, était entré discrètement dans la pièce pour se mettre à me regarder. Alors que je redescendais de mon orgasme, j’ai réalisé qu’il se tenait là avec sa bite dans sa main, la caressant doucement de haut en bas.

« Tu as laissé la porte ouverte », avait-il dit, « et j’ai entendu des bruits alors je suis venu voir, veux-tu que je parte ? » a-t-il demandé.

Je me souviens avoir senti mon visage devenir un peu rouge, mais sans raison évidente, j’ai lâché « NON ». Je suis restée allongée, les jambes repliées, écartées et les seins gonflés comme une salope de 18 ans. « Tu veux que je fasse quelque chose avec ça ? » Je n’arrivais pas à croire que je venais de dire ça ; Bert n’était pas vraiment mon oncle mais je l’appelais ainsi, il logeait en quelque sorte avec ma mère et moi, bien qu’il ait sa propre chambre, je savais qu’il s’amusait parfois avec ma mère quand ils pensaient que je dormais.

Il s’est approché de moi plein de confiance, sa queue dure toujours dans sa main, mais c’est bientôt ma main qui a tenu ce gros monstre, je l’ai frotté rapidement de haut en bas, fascinée par la façon dont la tête devenait violette juste avant que tonton n’éjacule sur mes seins. C’était génial, tellement mieux que ces stupides garçons à l’école.

Il m’a remerciée, me demandant si j’avais aimé le faire pour lui. Je lui ai répondu que oui, dès qu’il a quitté la pièce, j’ai commencé à frotter son sperme sur ma peau, j’avais entendu dire que c’était bon pour le teint. En effectuant cet exercice, une autre envie étrange m’est venue. J’avais aussi entendu dire que les mecs aimaient qu’on leur suce la bite, et je me demandais quel goût cela pouvait avoir, alors, en prenant un peu sur le bout de mon doigt, je l’ai goûté avec précaution, un peu salé mais sinon c’était bon, alors j’en ai avalé un peu plus.

Les semaines suivantes, lorsque ma mère était sortie, tonton venait dans ma chambre pour me regarder me masturber, puis je lui faisais verser sa crème sur mes seins avant de la mettre dans ma bouche lorsqu’il était parti. J’aimais la sensation de chaleur que cela me procurait lorsque son sperme chaud jaillissait de son unique œil pour éclabousser ma peau douce, et parfois je me masturbais à nouveau.

Un jour, mon oncle est revenu dans ma chambre et, voyant ce que je faisais avec son sperme, il m’a demandé si j’en appréciais le goût. Je lui ai dit oui et la fois suivante où la malédiction m’a attrapée, il m’a appris à lui sucer la queue. C’était magnifique, comme ça j’ai pu avaler toute le sperme de mon oncle avant qu’elle ne refroidisse, mais j’ai quand même aimé la sentir sur mes seins, ça me donnait des fourmis dans les tétons.

Après une période où j’ai été malade et coincée au lit pendant quelques jours, ma mère est partie pour un long week-end ; pour voir sa mère malade, m’a-t-elle dit ; et Bert a accepté de s’occuper de moi. Ce week-end, j’allais enfin perdre ma cerise.

Sachant qu’il n’y avait personne dans la maison à part nous deux, il était entré dans ma chambre comme d’habitude, mais cette fois, il a tiré les couvertures en arrière, a ôté sa robe de chambre et est monté à côté de moi.

« Je vais partir si tu le souhaites », a-t-il dit doucement, « le choix t’appartient ».

Nu, il avait l’air impressionnant, sa queue longue, grosse et dure, comme un piquet de clôture, je pouvais sentir sa dureté serrée contre ma cuisse dans les confins du lit étroit.

« Non », ai-je dit à bout de souffle, « s’il te plaît, reste ».

Nous avons commencé à nous embrasser sans préambule, en nous touchant très rapidement ; j’aimais la chaleur et la sensation soyeuse de sa queue dure et palpitante, mais cette fois, j’avais besoin de plus. Mes règles allaient commencer dans deux ou trois jours et j’étais devenue extrêmement excitée, plus que d’habitude. Je n’avais alors aucune idée que mes hormones criaient pour que je sois baisée.

Jusqu’à présent, il ne m’avait jamais touchée, pas même mes seins, mais maintenant c’était différent, il semblait plus pressant, il a rempli sa bouche de mes tétons, les suçant et les mordant doucement, cela a provoqué des picotements dans ma chatte. Les sensations qui me traversaient étaient incomparables à tout ce que j’avais connu auparavant, Bert était le premier homme à me toucher en bas, et j’ai presque eu le vertige, sachant que ce n’était pas ma main.

Nous sommes restés allongés face à face, la respiration devenant plus superficielle, avec lui qui me caressait et ma main enroulée autour de sa queue, je savais que ça allait être ma première fois. Je n’avais jamais eu de bite vraiment dure en moi, mais à ce moment précis, je voulais absolument que cela arrive, et je voulais absolument que Bert soit celui qui fasse tomber la dernière pierre de mon mur d’innocence.

En ajustant légèrement ma position, j’ai pu frotter mon sexe déjà humide contre le bout de sa queue, et en levant ma jambe sur sa hanche, j’ai découvert que je pouvais introduire toute la tête entre mes lèvres maintenant épaisses. C’était vraiment bon, et Bert m’a demandé si j’étais sûre que c’était ce que je voulais, j’ai répondu que je n’avais jamais rien voulu d’autre que de le sentir en moi.

Me faisant rouler sur le dos, Bert a positionné son corps au-dessus de moi et entre mes jambes maintenant écartées. À l’intérieur, j’ai sauté de joie en sentant le bout de sa bite chaude s’enfoncer dans ma chatte ; il était lent et doux, poussant régulièrement jusqu’à rencontrer la barrière. En me disant que ça allait faire un peu mal, il a commencé à mettre la pression. J’avais mal et je voulais lui dire d’arrêter, mais au moment où j’ai pensé que je ne pourrais pas en supporter davantage, il s’est précipité, toute la longueur de sa bite dure et épaisse étant maintenant en moi.

Pendant un moment, il est resté allongé là, profondément enfoui, chuchotant que maintenant ça allait s’améliorer, tout en caressant mon visage et bientôt j’ai senti ce qui allait rapidement me devenir familier, alors qu’il commençait à faire entrer et sortir cette merveilleuse queue de moi avec un rythme lent mais régulier.

Réalisant à quel point cela me plaisait, j’ai levé mes genoux bien haut, l’encourageant à me baiser fort. Cette sensation était très différente de celle de la masturbation, mais l’envie de jouir était la même, et bientôt je me suis retrouvée en train de me pousser à sa rencontre, sachant que j’allais bientôt jouir.

L’orgasme n’a pas tardé à arriver et juste au moment où j’ai atteint la crête de la vague, Bert a poussé un glapissement, retiré sa queue et répandu sa belle crème sur mon ventre.

Je me souviens avoir pleuré après, j’étais tellement heureuse. Nous avons continué comme ça pendant environ six mois, Mon oncle m’ayant beaucoup appris. Puis je lui ai dit que j’avais besoin de trouver un garçon de mon âge, mais ce n’était jamais pareil, ils n’avaient aucune idée de comment me faire plaisir. C’est alors que j’ai arrêté de regarder les garçons et que j’ai commencé à chercher des hommes plus âgés, les garçons ne pouvaient tout simplement pas répondre à mes besoins.

Histoire de Sexe :  Trouver un sexfriend en bretagne

Maintenant me voilà, quelque onze ans plus tard avec un homme qui m’avait énervée une fois de trop, étais-je heureuse ? Pour l’instant oui, je me suis délectée de ce bref sentiment de liberté. Une liberté que je devrais probablement payer cher lorsque je retournerais au bungalow.

Au début, il était génial ; il avait été exactement ce dont j’avais besoin. J’étais devenue une enfant gâtée, mais il a vu mon potentiel et ce que mon corps réclamait. Au cours des mois suivants, il m’a fait passer du statut de morveux que j’étais devenu à celui d’esclave des plus obéissants et volontaires, devenant mon Maître et me possédant complètement.

Cela fait maintenant près de neuf ans que nous sommes ensemble, mais les douze derniers mois environ ont été un véritable casse-tête pour moi, il a changé, rien ne lui plaisait plus et vivre avec lui était devenu un cauchemar.

Il avait planifié ces vacances pour nous, une pause loin du travail et de notre quotidien, mais depuis le début, il ne cessait de pleurnicher et de se plaindre pour la moindre petite chose. Maintenant, j’en avais assez et je suis partie pour faire mes propres affaires, quelles qu’elles soient.

Je n’avais rien de précis en tête ; j’avais juste besoin de respirer un peu, de paix, loin de ses pleurnicheries constantes, qui commençaient à me déprimer. Au départ, j’avais envisagé de chercher un cybercafé, mais à la place, j’ai trouvé un bar du centre-ville qui annonçait de la tequila à moitié prix, alors j’ai décidé d’y jeter un coup d’œil.

Je suppose que je m’attendais au genre d’endroit que l’on voit dans les films, tu sais, quelques tables et chaises, des clients fatigués et usés, un ou deux ivrognes dont le seul soutien est le bar, et de la sciure étalée sur le sol ; mais l’extérieur démentait l’intérieur. Il y avait quelques filles presque nues qui dansaient dans des cages suspendues au plafond, le dessus du bar était en marbre, des lumières disco pulsaient et clignotaient, et la musique était si forte qu’elle rendait la conversation presque impossible.

Le sol était un bois dur très poli, et de jeunes serveuses aux seins nus, choisies je pense pour la taille de leur poitrine plutôt que pour leur expertise, patinaient de table en table pour prendre les commandes. J’ai choisi une table la plus éloignée des haut-parleurs hurlants, j’ai commandé une Tequila, j’ai payé, j’ai pris une gorgée et j’ai regardé les autres invités dans la salle du bar.

Dans un coin, il y avait une bande de gars décontractés, mais bien habillés et beaux, qui buvaient et rigolaient. En voyant l’un d’entre eux me faire les yeux doux, j’ai détourné le regard mais avec un sourire sur le visage. Je me sentais un peu vilaine de faire ça sans la permission de mon Maître, mais je m’en fichais.

Avant que mon verre ne soit vide, une autre fille a patiné jusqu’à la table et en a déposé un autre tout en faisant un geste par-dessus son épaule vers les gars dans le coin en disant qu’ils l’avaient envoyé. J’ai ramassé la boisson, je me suis tournée vers eux et j’ai levé le verre pour porter un toast, en jetant le liquide ardent dans ma gorge.

Ils ont applaudi comme un seul homme et le gars qui m’avait fait de l’œil a ramassé son chapeau et s’est approché, le laissant tomber sur la table. Autour de la couronne, il était constellé de médaillons de rodéo en argent, il a souri en s’asseyant en disant : « Tout le monde connaît ce chapeau, alors tant qu’il sera posé sur cette table, tu ne seras dérangé par personne. »

« Salut », ai-je répondu gaiement, « je m’appelle Laura, je suis en vacances, fais-tu du rodéo ? ». J’ai demandé.

« Oui, je voyage partout, et cette bande d’ivrognes, » il a prononcé, « est mon équipe. »

Je n’avais jamais rencontré de vrai cavalier de rodéo, et l’idée qu’il puisse toujours mettre sa vie en jeu m’a fait frissonner, jusqu’à ma chatte.

« Tu dois être très courageux pour monter dans le Rodéo, as-tu déjà été blessé ? ». J’ai demandé.

« J’ai eu plus d’os cassés que je ne peux en compter, mais je n’y changerais rien, j’ai toujours voulu le faire même quand je n’étais pas plus haut que le pâturage. Je suppose que j’aime bien le danger. »

Sa voix traînante commençait vraiment à me plaire maintenant, et je me suis sentie réchauffée par son amabilité facile.

« Tu ne viens pas du Mexique, n’est-ce pas ? » J’ai demandé.

« Non, je viens de l’État de l’étoile unique, le Texas ; on m’appelle le petit Wichitaw parce que j’ai un peu de sang amérindien dans les veines, mais je crois que j’en ai versé un peu plus que je n’aurais voulu, » dit-il en riant.

Il a agité une main en l’air et a poussé un cri, l’une des filles s’approchant directement de notre table.

« Qu’est-ce que je peux faire, Wichitaw ? » lui a-t-elle demandé en souriant.

« Apporte-nous deux bières et des Tequila Slammers, chérie », dit-il en lui donnant une tape sur la croupe avant qu’elle ne puisse s’éloigner et en passant des doigts épais dans sa chaume de cheveux couleur paille.

Pendant que nous attendions, j’ai profité de l’occasion pour regarder correctement son visage bronzé et battu par les intempéries, en ignorant les diverses cicatrices, dont chacune raconterait probablement une histoire passionnante à elle seule, et j’ai regardé ses yeux. Ils étaient du plus beau bleu porcelaine que j’ai jamais vu, teinté d’une touche de violet. J’ai vu de la malice dans ces yeux, ce type était un farceur, de cela j’étais certaine.

La serveuse a apporté les boissons plus un petit bol de sel et un citron coupé en quatre quartiers. J’ai remarqué qu’il y avait quatre shots de Tequila, mais que diable, nous nous sommes préparés pour le premier, l’avalant immédiatement en faisant claquer nos verres à l’envers sur la table. Wichitaw a ri, faisant remarquer que j’étais bien pour une fille, et une Limey de surcroît, et m’a donné une claque retentissante dans le dos qui m’a presque fait sortir de ma chaise.

Nous avons continué à bavarder tout en buvant nos bières et le deuxième Slammer, jusqu’à ce qu’il me demande de venir rencontrer l’équipe ; j’ai accepté sans hésiter et nous nous sommes levés pour les rejoindre à l’autre table. Une fois assis, Wichitaw m’a présenté comme un sacré bon Limey et je suis rapidement devenu le centre d’attention, même si je suis sûr que mes seins sans soutien-gorge y sont pour beaucoup. Il n’a pas fallu longtemps pour que je lance des Tequila Slammers aux côtés des gars et que j’apprécie chaque minute pendant qu’ils m’encouragent.

Je me suis facilement mise dans l’esprit de la fête. Ces gars étaient durs, coriaces et suintaient la testostérone, mais ils étaient aussi très amicaux et me traitaient comme une dame. Non seulement ils étaient très amusants, mais ils m’avaient prise dans leur cœur et j’en ai profité à fond.

C’était un groupe mixte, certains venaient du Mexique, de tous les États-Unis et un du Canada. Ils étaient treize fois plus nombreux que moi, mais je m’en fichais, ils étaient tous maigres, méchants, bronzés et durs, mon genre de gars, mais surtout ils savaient faire la fête et je semblais être la vedette.

Quelques heures plus tard, j’étais devenu très joyeux, même un peu énervé, échangeant des blagues obscènes avec les meilleurs d’entre eux, mais toujours en restant maître de moi et responsable de mes actes. Aucun d’entre eux n’avait posé un doigt sur moi, pas même Wichitaw.

Cependant, lorsque l’un des gars a suggéré que nous retournions tous au Motel pour faire la fête, un endroit où nous pourrions boire toute la nuit, j’ai dit « et puis merde », j’ai jeté la prudence par la fenêtre et j’ai accepté sans hésiter.

Nous nous sommes tous entassés dans trois voitures et deux camions, et avons remonté la route en convoi jusqu’à un Motel situé à une certaine distance des limites de la ville et donnant sur le sable doux d’une plage mexicaine.

Une fois à l’intérieur, ils semblaient tous vouloir utiliser les toilettes en même temps, bien que trois d’entre eux soient allés dans la kitchenette pour préparer suffisamment de nourriture pour les quatorze d’entre nous. Il n’y avait pas assez de sièges pour tout le monde, alors quelques-uns se sont accroupis sur le sol, moi avec eux, assise entre les jambes de Wichitaw, dos à lui.

Quelqu’un a mis de la musique, le rythme lourd mais vivant, un peu sensuel, le son si solide de Santana. Une musique que j’adorais ; ce genre de musique ne manquait jamais de faire couler mon jus. Je savais qu’à un moment donné, Wichitaw allait me baiser, et très honnêtement, j’en avais tellement envie que ma chatte était humide depuis un moment. Ce que je n’avais pas prévu, c’est ce qui allait vraiment se passer.

Nous avons rapidement englouti les excellents tacos et tortillas, et tout en mangeant, la bière et la Tequila ont continué à couler à flots. L’équipage était vraiment sympathique et très attentif, ce qui m’a permis de me sentir très à l’aise et à l’aise avec eux.

Cependant, lorsque nous avons fini de manger, leur véritable programme est devenu trop évident, j’ai su en un clin d’œil que je serais le désert ; j’allais me faire gang-banger. Cela ne me faisait pas peur, mon Maître ayant insisté sur ce plan d’action à plusieurs reprises. Cette fois-ci, c’était différent, il n’y aurait pas d’abus de mon corps, juste de l’usage, c’était tous des gars sympas, et comme la révélation m’a frappé, j’ai réalisé que je voulais que cela arrive.

Histoire de Sexe :  Baiser une femme sur Bordeaux

Le gars assis à ma gauche a tourné mon visage vers lui et m’a embrassé avec voracité, la bouche ouverte, la langue sondant profondément, naturellement j’ai répondu de bon cœur. Simultanément, celui de droite s’est retourné pour caresser mes seins, les presser doucement et mettre mes tétons en érection très rapidement.

Comme d’habitude, je suis devenue instantanément excitée, même si c’était en partie dû au fait que j’avais été excitée par le robuste Wichitaw, je me sentais un peu incertaine au milieu de treize jeunes hommes coriaces et excités. La conversation était tombée à zéro maintenant, car Wichitaw m’a assuré tranquillement que personne ne me ferait de mal, ajoutant qu’ils ne voulaient que me baiser, et que les jeux étaient faits si quelqu’un pensait même à me faire du mal.

Que pouvais-je faire d’autre, il n’y avait aucun moyen de sortir de ce motel sans leur coopération, alors j’ai simplement souri gentiment et j’ai dit : « Servez-vous, je suis prête si vous l’êtes, il y a assez de moi pour tout le monde. »

Des cris de joie et de joie ont résonné dans la pièce, et l’un des gars a ajouté que j’étais un grand sportif. À partir de là, j’étais à poil en quelques secondes, ils m’ont rapidement dépouillée des deux seuls vêtements que je portais, mon haut et ma jupe, comme tous les autres jours, je ne portais rien d’autre.

Bientôt, il y avait deux bouches qui se nourrissaient de mes seins, suçant fort et mordant mes tétons, tandis qu’une autre glissait des mains exploratrices le long de l’intérieur de mes cuisses chaudes vers ma chatte lisse comme une boule de billard, que j’épilais régulièrement, et déjà bien gonflée. Bien que je sois toujours en train de me faire tonguer la bouche, j’ai réussi à lui jeter un coup d’œil furtif, voyant le mélange de luxure et de plaisir sur son visage. J’ai aussi remarqué le bourrelet très visible dans son short ; il était devenu bon à prendre.

Le gars qui m’embrassait s’est séparé et Wichitaw a tourné ma tête vers son entrejambe ; en tournant rapidement mon corps, je l’ai dézippé, pour en sortir un très beau morceau de viande de bite chaude et très dure ; à quelques centimètres de distance, je pouvais sentir sa chaleur contre mon visage.

Elle était plus grosse que celle de mon Maître, mesurant environ 20 cm de long et assez grosse autour. J’ai caressé doucement, en serrant à partir de la base pour faire remonter ma main à poing le long de cette belle queue vers la tête, en sentant la veine battre dans ma main et en étant récompensé par la perle épaisse, crémeuse et étonnamment grande de pré-cumme.

J’ai sorti ma langue et je l’ai léchée délibérément et lentement, mettant le savoureux morceau dans ma bouche affamée tout en regardant directement dans ces magnifiques yeux bleus/violets.

Son gémissement était clairement audible alors que je me mettais au travail sur cette vitrine qu’est la bite, la léchant de la pointe à la base, savourant sa taille. De haut en bas de la longueur, ma langue lui a fait plaisir, en accordant une attention particulière à la partie sensible à la base de la tête.

J’aurais pu vénérer ce magnifique monstre pendant des heures sans même le mettre dans ma bouche. Une main caressant doucement était enroulée autour de son incroyable épaisseur, tandis que l’autre massait doucement son sac lourd. Les doigts se sont emmêlés dans mes cheveux, attirant ma bouche vers la tête maintenant violette et à l’air furieux.

J’ai supposé qu’il n’avait pas fait l’amour ni même s’être masturbé depuis longtemps, car j’ai pris autant de sa magnifique chair de bite dans ma bouche affamée que possible dans cette position inconfortable. Satisfaite maintenant, je l’ai ravagé avec une telle intensité que ma supposition s’est avérée assez précise, car momentanément gelé, il a poussé un énorme gémissement avant de pomper un tonneau entier de sperme épais, chaud, bien qu’un peu salé et crémeux dans ma gorge en attente.

Pendant ce temps, le gars entre mes jambes écartées était occupé à baiser ma chatte avec ses doigts ; pour l’aider, il a été possible d’ajuster légèrement ma position, en soulevant mon cul du sol et en lui donnant un accès plus facile.

Wow, mais j’étais tellement excitée par toute cette attention que ma chatte débordait des jus qui couvraient maintenant sa main.

« N’arrête pas », ai-je réussi à lâcher, « oh mon Dieu, je vais jouir… maintenant ». Avec cela, j’ai crié, « oui, yesss…oh mon dieu oui ». En me laissant aller, mon orgasme a provoqué une puissante vague de plaisir, qui m’a fait trembler.

Lorsque je suis redescendue de ce voyage paradisiaque, il s’est levé, me ramassant corporellement, pour me draper face contre terre sur le bras du canapé sans cérémonie. Tout le monde était nu maintenant, Wichitaw s’était écarté pour être remplacé par Tom, le seul noir du groupe, il avait lui aussi une grosse bite mais pas aussi épaisse. Le gars qui m’avait si bien doigté s’est mis derrière moi, et entre mes jambes, pour glisser facilement sa bite dans ma chatte bien lubrifiée, et commencer à me donner la baise que je voulais désespérément.

En synchronisant mes mouvements avec le gars dans ma chatte, il m’a été facile d’égaler le coup pour le coup sur la bite noire, alors que ma chatte affamée se délectait maintenant de la baise qu’elle recevait. J’étais devenue extatique, c’était vraiment ce dont j’avais besoin, une putain de bonne baise et aujourd’hui je savais que tous mes rêves allaient se réaliser. Il y avait de la viande de bite brute, chaude et dure tout autour de moi, avec des gars qui se caressaient doucement en attendant patiemment leur tour.

J’avais découvert que deux filles ensemble excitaient un homme comme rien d’autre ; à l’exception de voir deux gars avec la même fille ; un dans sa chatte et un dans sa bouche, surtout s’il savait qu’il prendrait son pied aussi.

Je voulais les garder tous en ébullition en sachant qu’ils jouiraient assez rapidement lorsqu’ils seraient enterrés dans ma chatte et ma bouche cette première fois. Cela signifiait bien sûr qu’ils seraient capables de durer encore plus longtemps la deuxième et la troisième fois, je prévoyais une nuit longue et très bénéfique pour nous tous.

Le gars derrière avait commencé à pomper fort et vite maintenant, très près de jouir, en utilisant mes muscles vaginaux je les ai fait onduler de haut en bas de sa longueur palpitante pour l’aider.

Je pouvais sentir ses ongles s’enfoncer dans mes hanches, alors qu’avec un cri comme celui d’un animal blessé, il a poussé fort en moi pour décharger son sperme chaud. Il m’a remplie profondément, tandis qu’en même temps Tom rugissait comme un lion, envoyant son précieux sperme au fond de ma gorge. Comme tu le sais depuis le début de ce récit, j’adore le goût du sperme, il n’y en a pas d’autre et le sperme de Tom ne faisait pas exception, chaud, épais et crémeux avec juste une pointe de sel.

Maintenant qu’ils sont tous les deux épuisés, deux autres gars, sans hésiter le moins du monde, m’ont emmené dans la chambre avec un peu de sperme humide sur l’intérieur de mes cuisses, où ils m’ont allongé sur le lit, la tête pendante sur le bord. Entre un type, Rick je crois qu’ils l’appelaient, avec la plus longue bite que j’avais jamais vue, mais pas trop épaisse autour. Elle devait faire au moins onze pouces.

Heureusement, j’adore la gorge profonde, mais même moi, j’avais de sérieuses réticences à propos de celle-là. Je me suis dit : « Je suis sûre qu’il n’arrivera pas à faire descendre cette longueur dans ma gorge, même si elle est déjà bien lubrifiée par le sperme.

Lentement et délibérément, il l’a frotté doucement d’un côté à l’autre de mes lèvres, avant de pousser la tête dans ma bouche ; je lui ai souri du mieux que je pouvais et j’ai détendu les muscles de ma gorge. Petit à petit et si lentement, centimètre par centimètre, il l’a introduit en moi, au-delà du point de résistance initial, et dans ma gorge jusqu’à ce que je sente ses couilles appuyer contre mon nez, menaçant de couper mon arrivée d’air.

Incroyablement, j’avais pris toute la longueur. Je ressentais une certaine fierté d’avoir réussi à faire entrer une longueur aussi exceptionnelle dans ma gorge, et je me suis dit que cela devait figurer dans le livre des records personnels de Laura.

Mettant ses mains de chaque côté de ma tête pour la maintenir immobile, il a commencé à baiser régulièrement, retirant toute la longueur avant de repousser dans les recoins les plus profonds de ma gorge accueillante. La sensation était incroyable, avec tout le monde debout autour qui regardait et continuait à caresser doucement. Je pouvais même entendre le bruit des appareils photo Polaroid qui vrombissaient ; l’équipe était en train de prendre des photos de moi en train de profiter de cette énorme bite.

Sentant que Rick était très proche de jouir maintenant, j’ai commencé à faire onduler les muscles de ma gorge pour l’inciter à continuer. Son timing était parfait car avec un léger frisson, il s’est retiré de ma gorge pour exploser dans ma bouche, me permettant ainsi de goûter sa belle crème.

C’était un grand éjaculation, énorme à tous points de vue, ce gars adorable m’a donné plus que les deux précédents réunis, j’ai cru qu’il ne s’arrêterait jamais. J’étais obligée d’avaler une grande quantité très rapidement pour suivre son rythme, mais même ainsi, une partie de la crème parvenait encore à dégouliner des coins de ma petite bouche gourmande.

Malheureusement, il avait fini, et cette si belle arme a commencé à se flétrir. Même relâchée, elle pendait toujours d’un plus très respectable de huit ou neuf pouces, une queue que beaucoup d’hommes envieraient, et quelques filles dont je savais qu’elles en mourraient.

Histoire de Sexe :  Gwenaëlle jolie jeune femme très chaude.

Deux mecs se tenaient tout près de nous et tiraient sur leurs bites pendant que je les étouffais, et d’après les bruits qu’ils faisaient, ils étaient aussi sur le point de jouir. J’ai ouvert la bouche en tendant les bras vers eux, indiquant que je voulais qu’ils répandent leur jus sur moi. Ils ont terminé simultanément, en envoyant leur sperme chaud et collant principalement sur mon visage, une partie allant dans ma bouche et le reste sur mes seins et mon cou.

J’adore que le sperme explose sur moi et j’ai commencé à le frotter sur ma peau, de temps en temps je m’arrêtais pour mettre plus de cette délicieuse crème dans ma bouche qui attendait, je détestais l’idée qu’elle soit gaspillée. S’il y avait une taxe sur cette crème, j’aurais des problèmes permanents avec le fisc.

Un autre d’entre eux m’a rejoint sur le lit, s’allongeant sur le dos à côté de moi, me disant de le chevaucher. Sa bite était bien épaisse, pas trop longue, mais très bien accueillie dans ma petite chatte affamée et quelque peu insatiable, me remplissant de mur à mur. En me déplaçant à califourchon sur lui, je me suis facilement abaissée sur ce bijou de queue, le sentant glisser avec une facilité consommée malgré son épaisseur, sans doute parce que ma chatte était encore remplie de la quantité abondante du premier gars. Je sais que j’ai gémi, mais c’était si bon et j’ai rapidement commencé à me balancer d’avant en arrière dessus.

Un deuxième gars a grimpé sur le lit avec une bite à tête violette très en colère, avec une veine qui palpite visiblement sur le dessus, et sans préambule, il l’a introduite dans ma bouche toujours prête. Mmmmm, j’ai adoré une double pénétration.

Peu de temps après, quelqu’un d’autre nous a rejoints sur le lit. Il n’a pas perdu de temps non plus et j’ai rapidement senti un ongle gratter légèrement ma porte arrière ; je n’ai ressenti aucune douleur, seulement un immense plaisir, car mon cul est très sollicité car j’adore la sensation qu’il procure. Pendant un court moment, il a fait entrer et sortir un seul doigt avant d’être rejoint par un deuxième, étirant mon trou secondaire dans tous les sens.

J’ai ressenti un vide des plus décevants lorsqu’il les a retirés, mais le gars dans ma bouche s’est laissé tomber sur les genoux, m’emmenant avec lui ; j’ai gloussé intérieurement un peu à cela, pensant, comme un lapin, la tête en bas et la queue en haut. Le sentiment de tristesse s’est rapidement dissipé lorsque j’ai senti une bite s’introduire lentement dans mon cul pas si serré. Maintenant, je gémis vraiment, alors que centimètre par centimètre, il a enfoncé cette arme palpitante profondément, jusqu’à la poche des boules, avant de baiser régulièrement ma porte arrière. L’intensité que je ressens en ayant une bite dans ma chatte et une autre dans ma bouche simultanément est géniale, mais lorsqu’elle est rejointe par une troisième dans mon deuxième trou, elle devient indescriptible.

Les filles, si tu n’as pas encore essayé, je te conseille vivement de le faire, crois-moi sur parole, tu auras l’impression d’être morte et d’être allée à cette grande fête de la baise dans le ciel, surtout si les trois jouissent ensemble, et toi avec eux.

Ces types allumaient vraiment mon feu maintenant, le rythme mis en place par les deux bites dans ma chatte et mon cul était incroyable. Je n’ai pas osé utiliser les muscles de ma chatte, sachant que cela les ferait jouir tous les deux trop rapidement ; je voulais attendre jusqu’à ce que je sente que celui dans ma bouche était prêt. Au lieu de cela, je me suis attaquée à mes seins, les pressant et pinçant les tétons, les tirant et les étirant, je n’avais qu’une fois auparavant ressenti une telle intensité en eux.

Mes sentiments étaient incontrôlables, je me sentais comme un volcan endormi depuis longtemps, prêt à entrer en éruption, chaque terminaison nerveuse étant devenue électrifiée. Chaque pincement de mes tétons turgescents envoyait des messages urgents directement à mon clito, je savais à quel point il était devenu gonflé, et pour couronner le tout, j’étais vaguement consciente que les appareils photo Polaroïd avaient aussi recommencé à vrombir.

Soudain, j’ai réalisé que la queue dans ma bouche avait commencé à gonfler, le battement étant maintenant très intense. Il était sur le point de décharger son sperme ; je pouvais entendre ses gémissements et sa respiration superficielle, ma tête me faisait mal là où ses doigts étaient enroulés dans mes cheveux. En un instant, les muscles de ma chatte se sont mis au travail, trayant les deux autres bites, provoquant leur gonflement et leur besoin de se décharger en même temps que l’autre.

Je sentais mon propre orgasme monter et j’ai crié intérieurement : « Oui, jouis pour moi maintenant, donne-moi ton sperme ».

Presque comme s’il m’avait entendue, le gars dans ma bouche s’est immédiatement lâché, sa crème chaude et épaisse m’a remplie et a suinté dans ma gorge, celui dans mon cul a crié, « maintenant, je ne me retiens plus. » Celui dans ma chatte a rugi, alors que je sentais son liquide chaud exploser à l’intérieur de moi pour se mêler à celui du premier homme, et au mien alors que je me déhanchais sous eux.

Mon orgasme m’a traversée avec une force incroyablement énorme. J’ai hurlé et je me suis secouée, je me suis tordue et j’ai crié, alors que vague après vague de l’orgasme le plus grand et le plus intense que j’aie jamais connu, mon corps s’est mis à tourner comme si j’avais une crise. Ils m’ont dit plus tard qu’il avait fallu quatre d’entre eux pour me retenir au cas où je m’abîmerais ; et que j’avais littéralement jeté les trois hommes hors du lit, tant mon intensité était grande. C’était sans aucun doute l’orgasme le plus dévorant que j’avais jamais connu.

Jamais je n’avais été aussi comblée, pendant un long moment après, j’ai tremblé et pleuré, je n’avais jamais ressenti une émotion aussi absolue, les gars se sont rassemblés autour de moi, Wichitaw tenant mon corps secoué de spasmes dans ses bras pour me réconforter. Lorsque j’ai finalement recommencé à enregistrer les choses autour de moi, je me suis rendu compte que je puais le sexe ; c’était comme si des phéromones féminines suintaient de chaque pore de mon corps temporairement rassasié.

Cela avait été une baise des plus incroyables et j’en avais aimé chaque seconde. Lentement, je suis redescendu sur Terre, toujours dans le bras de Wichitaw et aidé par une tasse fumante de café chaud et trop sucré. Il était clair qu’aucun d’entre eux n’avait jamais été témoin d’un orgasme aussi gigantesque alors qu’ils étaient tous assis autour du lit, inquiets pour moi.

Wichitaw m’a demandé si je voulais rentrer chez moi maintenant, mais j’avais déjà décidé d’en faire une nuit et j’ai répondu en souriant : « Attends que j’aie bu mon café et ensuite nous pourrons passer à la phase deux. » Le rire était contagieux, et pour une raison quelconque, ces gars voulaient tous me serrer la main, ce que j’ai trouvé très gentil de leur part. En tendant ma tasse vide à Wichitaw, j’ai dit : « Ok les gars, une douche d’abord et ensuite qui est le suivant ? ».

Un peu tremblante, je me suis levée du lit et j’ai erré dans la salle de douche, où je me suis rapidement lavée, sans oublier de laver l’intérieur de ma chatte avec la pomme de douche, ce qui m’a presque fait repartir. J’étais tellement heureuse avec cette bande de yahoo que j’ai bondi dans la chambre comme une pouliche de deux ans.

Je me sentais tellement bien maintenant que je recevais coq après coq dans ma chatte, ma bouche ou mon cul, je n’avais plus aucune idée de qui était en moi à un moment donné, mais bon ! Je me suis laissée aller et j’ai suivi le programme, profitant de chaque seconde. J’étais déterminée à faire en sorte que chacun d’entre eux ait la meilleure baise de sa vie, et je suis presque sûre d’avoir réussi. Quand je suis finalement rentrée à la villa, épuisée, j’ai trouvé treize enveloppes dans mon sac alors que je pêchais ma clé, à l’intérieur de chacune une petite carte, avec nom et adresse et cinq cents dollars. Ces gars merveilleux m’avaient en fait payé six mille cinq cents dollars pour leur nuit de plaisir et mon orgasme extrême.

Les filles Je ne peux pas vraiment décrire le mélange d’émotions qui m’a traversé cette nuit-là. Je sais seulement qu’avec ces gars rudes, durs mais tendres, au grand cœur, j’ai eu le genre d’orgasme dont on ne peut que rêver, et que j’étais si heureuse d’avoir rencontré ces gars.

Ma décision de rester toute la nuit a changé ma vie, au matin, ma chatte, ma bouche et mon cul étaient tous endoloris et foutus. J’ai eu tellement d’orgasmes que je ne peux même pas commencer à me souvenir. La seule chose dont je suis certaine, c’est que j’avais sucé au moins treize bites, treize autres avaient explosé dans ma chatte et treize bites avaient délivré leur crème dans mon cul. Combien de fois, je n’en ai aucune idée ; j’ai totalement perdu le compte après la triple pénétration, soit ça, soit je n’en avais tout simplement plus rien à faire.

Que s’est-il passé avec mon Maître ? Eh bien, je l’ai quitté, mais j’en ai vite trouvé un autre qui pouvait me rendre heureuse, un grand Texan longiligne aux yeux bleu porcelaine teintés de violet, je n’oublierai jamais la fois où j’ai décidé d’aller au Mexique.

Je me demande qui a dit que treize était un chiffre qui portait malheur !