Première fois avec un mec devant ma femme

rencontre gay avec epouse

Je ne sais pas si l’on peut appeler ce que nous faisions tous les deux de la danse, plutôt que de l’alcool et des grincements auxquels la danse finit par se réduire. Quoi qu’il en soit, je m’amusais comme un fou. Je n’étais pas vraiment ivre, mais l’alcool, dans mon esprit, me donne toujours une justification pour être effronté avec les gens. En général, je serais trop timide pour danser, ou trop consciente de mon manque de coordination, mais pas ici et pas maintenant.

La soirée semblait se dérouler parfaitement. Ma petite amie Jess et moi avions parlé de nombreuses fois d’une nuit comme celle-ci, mais l’ambiance et les circonstances ne semblaient jamais coïncider. C’était la discussion de beaucoup de discussions avant et après le sexe pour simplement se lancer à fond un soir. C’est une chose parmi tant d’autres que j’aimais chez Jess : elle était très ouverte. Je l’ai découvert la première fois qu’elle m’a murmuré à l’oreille « Je veux baiser ton cul« , et je me souviens toujours de son envie de faire des folies ; des fois où elle m’a dominé, aux fois où elle m’a fait avaler mon sperme, aux fois où elle m’a laissé la regarder baiser d’autres femmes – sans que les autres femmes le sachent. Jess était toujours plus satisfaite après avoir innové, et ce soir, alors qu’elle me regardait à bonne distance, dansant avec mon entrejambe sur la jambe de cet homme, nous étions tous les deux bien conscients que la soirée se passait bien.

De temps en temps, je levais les yeux vers elle, un martini à la main, son regard verrouillé sur nous deux et son expression mêlée d’admiration, de fascination et d’attraction. Ses magnifiques yeux étaient embués par la vodka et la luxure, mais ils étaient encore suffisamment allumés et conscients pour reconnaître mon regard. Elle a souri chaleureusement, ses yeux ont brillé un instant avec ce regard de séduction de Betty Page, puis elle m’a fait signe de continuer à m’amuser avec cet autre homme. Il m’a fallu quelques instants pour détacher mes yeux et arrêter de tomber amoureux de son sourire, mais mon regard a fini par glisser le long de son cou, jusqu’à ses poignées de seins (qui étaient vêtus d’un haut très flatteur et plutôt révélateur), le long de son ventre lisse, au-delà de sa jupe, s’arrêtant un moment pour regarder la peau chatoyante de ses jambes croisées alors qu’elle était assise au bar, puis jusqu’au sol, pour revenir à cet homme avec qui j’étais. J’étais de nouveau en train de danser.

L’homme avait visiblement remarqué ce regard. « Elle est plutôt sexy, je dois dire », a-t-il crié par-dessus le vacarme de l’horrible musique du club. Je lui ai souri timidement et j’ai pressé ma queue semi-dure contre sa jambe. J’ai commencé à l’examiner, surtout la peau effrontée de sa poitrine lisse qui ne parvenait pas à se cacher sous sa chemise déboutonnée pour la plupart. Son corps était musclé, mais pas de façon menaçante, ses traits n’étaient pas trop doux ou rigides. La première chose que j’ai remarquée chez lui, c’est son cou, en partie pour la façon dont il se fondait gracieusement dans ses bras toniques, mais surtout parce que c’est là que je suis arrivée sur lui. Nous l’avons croisé dans le club il y a peut-être une heure et demie, alors que j’étais dehors avec Jess pendant qu’elle fumait une cigarette. Il n’était pas le type d’homme que je m’attendais à croiser dans un club gay. Son comportement n’était guère flamboyant, sa tenue vestimentaire était subtile mais très complémentaire de son corps, et il avait en fait quelque chose à ajouter à notre petite conversation pendant la pause cigarette. J’étais presque sûre qu’avec ce que je portais, il pensait que j’étais gay. J’aime bien m’habiller de façon assez douteuse dans les clubs, et le string violet qui dépassait légèrement de mon pantalon en cuir serré aurait été un indice très révélateur.

Cela faisait à peu près une minute que nous étions en train de badiner à trois, lorsque Jess a lâché « Alors, tu veux qu’on baise tous les deux ? » et que ses soupçons ont été démentis. Il était à peu près aussi surpris que moi par cette question. J’ai claqué son cul serré en signe d’objection et elle a couiné de façon taquine et m’a embrassé. Je pense que cet homme était trop intrigué par l’état de notre relation pour arrêter de nous parler. Nous avons dû parler de tout pendant une bonne vingtaine de minutes, et quelque part, nous avons dû échanger nos noms, car dans le flou de mon ivresse actuelle, je savais qu’il s’appelait Brian. Nous avons commencé à dégriser à l’extérieur, alors nous sommes retournés dans le club, et nous avons parlé et bu dans un endroit plus calme jusqu’à ce que nous soyons joyeusement ivres. La conversation est devenue progressivement plus torride jusqu’à ce que Jess décide d’abandonner complètement la conversation et de commencer à boire des shots.

Le premier coup a été le coup démonstratif de moi en faisant un sur sa poitrine. Je me suis arrêté pour lécher son décolleté jusqu’à ce que je comprenne que je pouvais me faire virer pour être trop explicite. Le plan suivant était le plus risqué, où Jess a pris un coup sur les genoux de Brian. Lorsqu’elle en a eu fini avec lui, j’ai remarqué une petite bosse contenue dans son entrejambe. Elle s’est retournée pour me regarder et a souri de façon espiègle alors que j’échangeais des regards entre son sourire invitant et son paquet bombé. Elle a glissé de lui, verrouillant son regard intense avec le mien, attrapant brièvement la bite durcissante de Brian, puis m’embrassant profondément. J’ai remarqué que Brian avait l’air perversement heureux en nous regardant nous embrasser, voyant la jambe de Jess se relever sur ma hanche, me tirant vers elle. Elle m’a repoussé et m’a lancé un regard qui criait « Je suis mouillée » et m’a tendu le dernier coup. Ce dernier plan était le plan déterminant, que j’ai léché sur la poitrine chaude de Brian. Le reste de la nuit jusqu’à présent avait été une progression agréable et logique à partir de ce plan.

Maintenant, sur la piste de danse, j’avais envie de lécher à nouveau sa poitrine. Je l’ai presque fait, mais il m’a fait tourner et s’est appuyé contre mon dos alors que je me tordais contre lui. Je me suis tournée pour regarder ma copine et j’ai vu qu’elle était visiblement excitée en regardant ce qui se passait entre lui et moi. Je lui ai fait signe de me rejoindre, elle m’a lancé un rapide sourire, a fini la dernière moitié de son martini et a pris le bâton d’olives avec elle, se dirigeant vers nous.

Nous avons tous les trois passé le temps suivant à faire ce qui est probablement la bâtardise la plus obscène de la danse imaginable. Jess a retiré une olive du bâton avec ses dents, faisant une suggestion phallique avec l’épée et les deux autres olives qui s’y trouvaient. Elle s’est glissée sur Brian, pressant l’olive dans sa bouche, s’y attardant pour savourer le baiser. Puis, en retirant l’olive suivante avec ses dents, elle a fait de même avec moi. Sachant quoi faire ensuite, j’ai pris l’épée et l’ai portée à la bouche de Brian. Jess et moi l’avons regardé lécher l’olive avec un air impressionnant de séduction, puis l’aspirer dans sa bouche et la retirer de l’épée. Je me suis penchée pour l’embrasser hors de sa bouche, mais il a détourné la tête de façon ludique. Je lui ai laissé l’olive en échange d’un baiser dans le cou, qui a finalement conduit à un baiser le long de sa poitrine. Jess s’est jointe à moi et a commencé à embrasser sa bouche, sa langue le parcourant pour rencontrer occasionnellement la mienne. Nous avons commencé à nous embrasser tous les deux devant lui, Jess se frottant à ma jambe par l’intérieur de sa jupe. Je pouvais sentir à quel point elle était humide, même à travers le cuir serré autour de ma jambe. Il n’a pas fallu beaucoup plus longtemps avant que nous décidions qu’il était temps d’aller voir ailleurs.

Nous sommes sortis en titubant, mes oreilles bourdonnaient et ma tête était floue. Mon esprit s’emballait d’excitation et d’anticipation et ma queue était prête à se fendre à travers la retenue de mes vêtements. Nous avons sauté dans un taxi et Jess s’est exclamé de façon étourdie en criant notre adresse au chauffeur.

Sur ce, le taxi a commencé à bouger, et nous aussi. J’ai commencé à embrasser Jess tendrement, à flirter avec elle pendant que je sentais la main de Brian glisser de haut en bas de ma jambe, serrant un peu mes fesses à chaque passage. Ma main s’est glissée lentement dans la chemise de Jess, profitant de chaque parcelle de sa peau douce et lustrée pendant que nous nous embrassions. J’ai senti Brian se presser contre moi, son pénis raidi appuyant fermement contre mes fesses, se frottant légèrement d’avant en arrière. Mes mains ont glissé jusqu’à la chemise de Jess, glissant sous ses bras pour prendre ses seins dans mes mains. Elle a gémi dans ma bouche alors que je les pressais doucement.

Histoire de Sexe :  Tout commence à la St Valentin

Soudain, j’ai senti que mon string était tiré de mon pantalon. J’ai sursauté et me suis retourné pour voir un Brian très amusé qui me souriait. Je l’ai frappé sur son ventre dur comme de la pierre et j’ai commencé à l’embrasser sauvagement. Les mains de Jess ont fui le long de mon corps pendant que je me perdais dans la fermeture des lèvres. J’ai enroulé ma jambe autour de Brian, pressant sa queue dure contre mon entrejambe. Il semblait assez gros et je pouvais le sentir pulser à travers son tissu et à travers mon cuir.

Jess a attrapé mon épaule et m’a retournée pour m’embrasser à nouveau. J’ai gardé une main sur Brian, plongeant dans sa chemise et pressant un téton. Me retirant du baiser passionné de Jess, je me suis approché d’elle, la plaçant à côté de Brian. Je les ai regardés s’embrasser et se caresser pendant que je taquinais le beau corps de Jess, passant par sa jupe pour la taquiner à travers son string à peine suffisant. Elle a gémi assez fort et nous avons tous gloussé en réalisant que nous étions toujours dans le taxi. Nous nous sommes calmés pour nous embrasser doucement afin que le chauffeur ne perde pas sa concentration.

« Désolé, nous nous sommes un peu emportés », ai-je dit.

« Heh, ce n’est pas la première fois que ça arrive, mon pote », a répondu le chauffeur.

Nous avons gloussé un peu. « Nous essaierons d’être sages », dit Jess.

« Garde tes meilleurs souvenirs pour quand tu rentreras à la maison ! »

Nous sommes restés, pour la plupart, bien élevés pendant le court reste du trajet. Nous avions un peu dégrisé et nous avons marché ensemble, avec une relative facilité, jusqu’à mon appartement. Nous avons tous passé la porte, enlevé nos manteaux et les avons jetés de côté.

« Mon Dieu, j’ai besoin d’eau ! » a dit Brian. Je lui ai donné raison et l’ai dirigé vers la cuisine.

« Je vais aller me rafraîchir un peu », a dit Jess en marchant dans le couloir vers la salle de bain. « Vous deux, soyez sages. Je ne veux rien manquer ! »

J’ai souri de ce sourire incertain de ne pas savoir si je serais capable de me contrôler pendant les prochaines minutes. Je suis allée dans la cuisine et j’ai sorti deux verres du placard, les remplissant d’eau. Nous avons englouti le premier verre, l’avons rempli à nouveau et en étions à peu près à la moitié du second lorsque nous avons enfin échangé un regard. Après une légère pause, nous avons tous les deux ri nerveusement.

« Tu as soif ? J’ai dit.

« Eh bien, c’était beaucoup de travail sur le sol là-bas », a dit Brian en remplissant un autre verre.

« Alors… tu es vraiment sexy », ai-je déclaré sans ambages en lui emboîtant le pas avec mon verre.

« Sans déconner ? »

J’ai à nouveau pincé son téton pour protester contre sa réponse. Il s’est reculé de quelques pas, en riant et en se frottant la poitrine. Quelques gouttes d’eau s’étaient répandues sur sa chemise à cause de la réaction soudaine. « Bon sang, mec ! Pas si fort la prochaine fois. »

« La prochaine fois ? » J’ai haussé les sourcils, essayant de réprimer le sourire mauvais qui se dessinait sur mon visage alors que je m’approchais lentement de lui, le coinçant entre le comptoir de la cuisine et le mur. J’ai remarqué le liquide renversé sur sa chemise et j’ai fait un peu de recul.

« Tu as renversé sur ta chemise ».

« Oui, et c’est entièrement de ta faute ». Le flirt dans sa voix était indubitable. Pas que cela me dérange, je n’avais pas besoin d’une excuse pour enlever sa chemise.

« Eh bien, je suppose que c’est ma responsabilité de te l’enlever alors, non ? »

« Je ne voulais pas dire que tu devais… »

J’ai retiré sa chemise avec force, exposant son superbe torse nu. Les muscles de sa poitrine formaient deux petits monticules solides et carrés, les tétons dépassant un peu. Il ne semblait pas avoir une once de graisse sur lui. Mes yeux ont glissé avec surprise de sa poitrine vers son ventre… ses abdominaux durcis présentant une petite ondulation et une ligne solide au milieu qui traçait la symétrie de son physique clairement jusqu’à sa poitrine. Sa peau était lisse et d’un bronze solide, et pas un seul poil à voir. J’ai reluqué sa poitrine pendant un temps qui m’a semblé durer une heure mais qui n’était probablement que de quelques secondes avant de l’embrasser dans le cou et dans la bouche, en glissant mes mains contre sa poitrine, sentant la chaleur de son corps contre moi. Nous nous sommes embrassés de façon désordonnée pendant quelques secondes de plus et je me suis éloignée de ses lèvres. Il me tenait toujours contre lui.

« Alors, je suppose que je devrais enlever ta chemise », a-t-il suggéré à peine au-dessus d’un murmure.

« Si tu veux », ai-je dit, en lui donnant un nouveau coup de bec sur les lèvres.

Il a retiré ma chemise. J’étais plus petit que lui, mais nous étions à peu près de même carrure. Ma peau était beaucoup plus claire que la sienne, mais nous étions tous les deux aussi lisses. Mon string dépassait encore de mon pantalon. J’ai reculé et l’ai laissé me regarder. J’ai remarqué son sourire glacé pendant un instant, mais j’ai vite été distraite par sa queue, qui bombait à nouveau à l’intérieur de son pantalon. Il m’a étudié tranquillement pendant un moment et m’a fait signe de me retourner. J’ai obéi, me retournant et me penchant sur le comptoir en face de lui, laissant le cuir se former autour de mon cul serré. Je me suis tournée pour le regarder d’un air plutôt timide, mais incroyablement excité. Il m’a souri en retour.

« J’adore ton cul », a-t-il commenté, en reportant rapidement son regard sur mes fesses liées au cuir. J’ai gloussé un peu et j’ai sorti mes fesses plus loin vers lui, l’invitant à venir vers moi. Je l’ai senti se presser contre moi, son pénis appuyant fort contre la crevasse de mon cul. J’ai gémi lorsqu’il s’est penché contre moi, caressant mon dos tout en se frottant à mon cul. Ses mains ont glissé le long de mon dos, serrant mes joues et les caressant pendant qu’il me taquinait. J’ai fermé les yeux et gardé mes mains sur le comptoir, sentant la chaleur de son corps contre moi. J’ai senti qu’il éloignait son entrejambe de moi, puis un baiser sur mon épaule alors que ses mains s’étendaient de mon cul à mon entrejambe. Il a serré mon pénis, qui a presque traversé le cuir pour rejoindre sa main.

« Mmmmm… belle bite », a-t-il chuchoté à mon oreille. « Et un super cul aussi. »

J’ai de nouveau gémi et j’ai à peine expiré « Donne-moi une fessée… ». Je l’ai repoussé avec mon cul et me suis à nouveau penchée sur le comptoir. J’ai regardé sa main établir un contact ferme avec mon cul encore et encore et je n’ai pas pu réprimer mes gémissements. J’ai dézippé mon pantalon et l’ai fait descendre lentement sur mon cul, m’exposant à lui centimètre par centimètre. Je pouvais presque entendre son cœur sauter un battement lorsqu’il a vu mon cul serré et bordé d’un string pointer vers lui, suppliant d’être fessé à nouveau.

« Wow… tu as vraiment un cul parfait », a-t-il soufflé.

« J’espère que c’est encore mieux que ça en a l’air », ai-je gémi, en le poussant vers lui autant que possible. Ses mains ont tracé le long de mon dos jusqu’à mes fesses, les caressant à nouveau. Il m’a donné une nouvelle fessée, et j’ai presque sauté avec la force avec laquelle il l’a fait.

« Mmmm… refais ça. »

Il l’a fait.

« Hé, vous deux ! » J’ai entendu de l’autre côté de la cuisine. Nous nous sommes tous les deux retournés pour voir Jess, appuyée contre le mur, affichant un magnifique sourire malveillant. Elle portait simplement son string bleu de la nuit, et maintenant une chemise noire transparente qui ne faisait rien pour cacher ses seins magnifiquement amples. Les tétons pointaient directement vers nous, et ses jambes brillaient dans la lumière de la cuisine. Nous nous sommes immédiatement arrêtés, abasourdis par sa présence.

« Je pensais t’avoir dit de bien te comporter. Je ne voulais pas rater quoi que ce soit. »

Histoire de Sexe :  Une sexualité épanouie grâce au libertinage

« Oh, tu n’as rien manqué… rien… » J’ai bégayé, réalisant qu’en fait, elle l’avait fait.

« Eh bien, il semble que tu manques pas mal de choses, Sean, » dit-elle en riant. « Et Brian… quel corps incroyable. »

Elle s’est approchée de lui et a léché sa poitrine, jusqu’à sa bouche, l’embrassant profondément. Je me suis retourné et me suis mis derrière Jess, en prenant ses fesses dans ma main, pressant mon corps presque nu contre elle. Puis, faisant glisser ma main lentement sur le côté de son corps, je l’ai embrassée. Elle s’est retournée pour m’embrasser en retour alors que Brian et moi nous frottions contre elle. Elle n’a rien fait pour retenir le sourire géant sur son visage alors que j’embrassais le corps de Brian. Elle s’est glissée hors d’entre nous, m’attrapant par la main.

« Viens, allons dans ta chambre », a-t-elle dit en m’entraînant avec elle. J’ai regardé Brian, qui suivait joyeusement.

Mon cœur s’emballait à nouveau. Je l’ai regardée s’effondrer sur mon lit, s’y étalant dans une position incroyablement attirante et révélatrice. Elle m’a fait un clin d’œil en s’asseyant sur le sol et m’a dit « Je t’aime » avant de s’asseoir sur ses pieds sur le lit. J’ai souri et fait un clin d’œil en retour, me détendant sur le sol et m’asseyant contre le mur de ma chambre. Brian est entré quelques secondes plus tard, essayant d’arranger son paquet gonflé en quelque chose de plus subtil et confortable avant de s’asseoir à côté de moi. J’ai instantanément commencé à caresser son corps, en me blottissant contre lui. Il s’est penché en arrière et m’a tirée vers lui. J’ai levé les yeux vers Jess, qui se mordait la lèvre d’excitation.

« Regardez vous tous les deux ! Elle s’est exclamée. « C’est tellement sexy. J’ai deux gars sexy dans la pièce avec moi ! » Elle a changé de position, s’asseyant à l’arrière de mon lit en écartant ses jambes devant nous. Brian et moi avons regardé le string, qui ne couvrait pas du tout les lèvres de sa chatte humide. Elle a tiré sur le string, nous taquinant. Elle a posé pour nous plusieurs fois, en baissant parfois à moitié ses sous-vêtements ou en jouant avec ses seins. Nous nous sommes assis et l’avons regardée, nous caressant légèrement l’un l’autre pendant qu’elle jouait sur mon lit. Nous l’avons toutes les deux informée de sa beauté pendant qu’elle le faisait, ce qu’elle a accepté avec des taquineries plus gracieuses avant de finalement se rasseoir sur le lit dans sa position initiale. Elle m’a fixé avec ses yeux de chambre, ceux qu’elle me donne juste avant un marathon sexuel, et je savais que les choses allaient commencer à devenir explicites.

« Tu sais, j’adore vous regarder vous embrasser tous les deux », a dit Jess avec convoitise. « Laisse-moi te regarder encore un peu. »

J’ai accepté avec joie, en me glissant sur Brian. Nous nous sommes retournés pour qu’elle puisse nous regarder nous embrasser et que nous puissions la regarder. J’ai commencé par un long baiser passionné, profitant de toute l’expérience de la bouche de Brian, sentant sa langue répondre à la mienne alors que je finissais par le coucher sur le sol. Je l’ai chevauché, l’embrassant de plus en plus, doux et dur, long et court. Sa queue pulsait contre la mienne alors que je frottais la mienne contre la sienne. Je pouvais sentir le précum se former sur mon pénis alors que nous nous embrassions devant Jess. Je me suis tourné pour regarder Jess, qui nous regardait, à moitié consciente du monde qui l’entourait, la bouche légèrement ouverte et sa respiration était superficielle. Elle se palpait le long de ses jambes, tout le long de son corps jusqu’à ses seins, et redescendait. De temps en temps, elle laissait échapper un gémissement d’approbation et nous disait à quel point nous étions sexy pendant que nous continuions à nous embrasser.

Au bout de quelques minutes, j’ai pris l’initiative de m’éloigner de la bouche de Brian, descendant le long de sa poitrine pour sucer à nouveau ses tétons. Il a gémi et s’est arqué contre moi, forçant sa poitrine sur mon corps alors que je léchais ses deux tétons foncés. Ses mains, qui agrippaient fermement mes fesses, ont glissé vers le bas pour toucher mes jambes lisses et sans poils, les caressant doucement. J’ai continué à descendre le long de son corps, traçant son ventre avec ma langue, pour finalement arriver à son pantalon. En regardant Jess, j’ai remarqué qu’elle commençait à masser sa chatte à travers son string. Elle m’a fait un demi-sourire, trop excitée pour s’exprimer. J’ai souri en retour.

« Enlève ton string, chérie », ai-je dit à bout de souffle. Puis en glissant à nouveau sur le corps chaud de Brian, j’ai grignoté son oreille. Il a légèrement haleté, mais s’est rapidement retenu, même si je pouvais sentir le choc parcourir tout son corps. « Je veux que tu la regardes se masturber », ai-je chuchoté à son oreille. Il a répondu par un baiser, et je l’ai regardé dans les yeux tout en redescendant le long de son corps jusqu’à son pantalon.

J’ai dézippé la braguette de son pantalon, sentant le regard de mon épouse sur le même endroit que moi. J’ai lentement introduit ma main à l’intérieur, j’ai trouvé sa queue et j’ai commencé à la caresser. Elle était aussi solide que le roc, et dans ma main, elle semblait très épaisse. Le précum avait humidifié son extrémité et je l’ai frotté le long de sa tige en le caressant plusieurs fois. J’ai senti son corps réagir, sentant sa tige se tendre avec mes coups doux. Je l’ai sorti de son pantalon et j’ai entendu Jess haleter quand elle l’a vu. Il était probablement plus long que le mien et épais, la tête brillante était gonflée comme un champignon ; la crête sombre traçait la circonférence de la tige, se rejoignant en bas et remontant jusqu’à la fente à l’extrémité de son pénis. J’ai léché la douce crête de sa tige, sentant sa queue tressaillir pendant que je le faisais, puis j’ai léché les côtés de la tige, jusqu’à la tête, goûtant le sperme qui l’avait recouverte. Puis d’un seul mouvement, j’ai pris sa queue dans ma bouche, la suçant lentement et avec amour, le goûtant en moi.

« Oh mon dieu oui… » Jess a murmuré en me regardant sucer la queue de Brian. Les yeux de Brian étaient fixés sur l’incroyable chatte de ma salope de femme pendant qu’elle la frottait. J’ai défait le reste du pantalon de Brian et l’ai baissé, ainsi que ses sous-vêtements, exposant tout son corps nu à moi-même et à ma copine.

Le pénis entier de Brian était rasé, à l’exception d’un monticule de poils à la base de sa tige. La peau était lisse et nette, et ses couilles étaient bien ajustées à sa longue queue chaude. Tout son corps était du même ton de peau, ses fesses étaient musclées et bien taillées, reliées à ses jambes bien tonifiées. J’ai caressé son cul tout en faisant entrer et sortir sa queue de ma bouche, la retirant pour sucer ses couilles et lécher autour de sa tige. Je ne pouvais plus me contenir dans mon string et je l’ai retiré, exposant mon corps complètement rasé. En me retournant, j’ai révélé mon pénis nu à Brian, qui a immédiatement commencé à le sucer. Nous nous sommes placés de façon à ce que Brian puisse regarder mon épouse caresser son clitoris humide pendant que nous nous suçions mutuellement.

Les gémissements de Jess m’ont tellement excité. Je me suis souvenu de la première fois où nous sommes sortis ensemble et à quel point sa voix m’excitait au téléphone. Je pouvais ressentir ce que j’avais ressenti lors de notre premier rapport sexuel au téléphone et comment ses gémissements me faisaient plonger dans un bonheur orgasmique. Je me suis retenue de trop m’emporter, le sexe ne faisait que commencer et je ne voulais pas me dépenser si tôt. Jess l’a fait, et après quelques minutes, je pouvais l’entendre jouir. Je pouvais goûter quelques gouttes de sperme qui s’échappaient de la queue de Brian, et je les ai rapidement avalées.

Après que Jess soit descendue de son orgasme, Brian et moi nous sommes retirés l’un de l’autre, nous embrassant à nouveau devant elle, goûtant le sperme de l’autre dans nos bouches. Nous avons tous les deux regardé Jess, qui me souriait chaleureusement. Elle a gémi un peu plus, taquinant lentement son clitoris en nous regardant nous embrasser. « Vous m’excitez tellement tous les deux », a-t-elle dit, « Je suis trempée ».

J’ai joyeusement grimpé sur le lit et j’ai écarté ses jambes. J’ai tendu mes mains vers ses seins, les pressant à travers la chemise fragile, et j’ai commencé à lécher autour de ses cuisses, en prenant l’odeur de sa chatte. Elle a soupiré pendant que je la taquinais autour de son clito, léchant le jus sur ses lèvres. J’ai soigneusement évité son clito et je me suis assuré de nettoyer tout autour de sa chatte avec ma langue jusqu’à ce qu’elle prenne finalement ma tête et l’enfonce entre ses jambes. J’ai léché sa chatte, l’entendant couiner de plaisir pendant que je le faisais. Elle m’a fait signe d’aller chercher la queue de Brian et je l’ai regardée sucer amoureusement son manche pendant que je la dévorais. Sa chatte était une réserve ininterrompue de jus, que je léchais à mesure qu’il s’infiltrait sur ma langue. J’ai tendu la main et commencé à masser le cul de Brian, en le doigtant autour du trou. Il a de nouveau gémi d’excitation et a continué à faire entrer et sortir sa queue de la bouche de ma copine.

Histoire de Sexe :  Baiser une femme sur Bordeaux

En se retournant sur le lit, Brian s’est mis en 69 avec Jess, tournée sur le côté pour que je puisse toujours la lécher par derrière. De temps en temps, nos langues se croisaient et nous commencions à nous embrasser, puis nous nous concentrions à nouveau sur Jess. Je suis revenu jusqu’à son trou du cul et j’ai commencé à le lécher. Jess a dû retirer la queue de Brian de sa bouche car je pouvais l’entendre hurler dans un autre orgasme après un moment.

Nous nous sommes à nouveau retirés l’un de l’autre, reprenant notre souffle pendant un moment. Je l’ai à nouveau embrassée doucement, passant d’un côté à l’autre, entre elle et Brian. Brian frottait doucement sa chatte, pressant sa queue contre ma peau nue.

« Laisse-moi le regarder te baiser », m’a-t-elle dit.

J’attendais cette partie. J’ai souri et me suis dirigé vers la commode, faisant de mon mieux pour révéler autant que possible mon corps nu aux deux hommes en le faisant. J’ai sorti un préservatif et du lubrifiant et me suis remise à quatre pattes sur Brian, en chevauchant ses jambes. J’ai sorti le préservatif de l’emballage et l’ai jeté de côté, caressant sa queue plusieurs fois avant de le peler sur lui. Puis j’ai pris le lubrifiant et l’ai frotté sur sa tige, et un peu plus pour le frotter dans mon trou du cul. J’ai de nouveau regardé Jess, qui me regardait avec des yeux excités, en souriant de son magnifique sourire. Je me suis penché pour l’embrasser, et me suis retourné, révélant mon cul volontaire à la bite de Brian.

J’ai senti la pression de la tête de son pénis contre mon trou du cul pendant que j’embrassais Jess profondément. J’ai dû m’éloigner de Jess et haleter lorsqu’il a surgi en moi. J’ai regardé dans les yeux de Jess, à peine capable d’exprimer autre chose que la douleur de la bite épaisse de Brian entrant lentement dans mon cul. Elle m’a souri patiemment et a caressé mon cou. J’avais l’impression que Brian n’arrêterait jamais de me pénétrer, mais finalement, toute la longueur de sa tige était entrée en moi. Il s’est retiré lentement, et j’ai grogné, moitié de douleur, moitié de plaisir. La poussée s’est accélérée petit à petit jusqu’à ce que mon trou du cul se soit détendu. Jess s’est retournée, écartant ses jambes devant moi. Je suis tombé sur elle, embrassant son corps, la léchant partout pendant que Brian baisait mon cul. Mes mains ont voyagé partout sur elle alors qu’elle se tordait sous mon contact. Ma queue était solide et commençait à dégouliner de sperme à cause des poussées de la queue de Brian.

« Baise-moi ! » Elle a crié, levant ses jambes écartées en arrière, invitant ma bite à l’intérieur d’elle. J’ai glissé facilement dans sa chatte humide et dégoulinante, perçant ses parois serrées de plus en plus loin jusqu’à ce que ma bite soit complètement entrée. J’ai commencé à pomper ma bite dans et hors d’elle, embrassant follement, perdant tout contrôle alors que je ressentais le double plaisir de ma bite en elle et de la bite de Brian en moi. Brian a frappé durement mon cul de temps en temps et j’ai dû lâcher un glapissement par-dessus les gémissements de plus en plus forts de Jess. Je pouvais sentir le plaisir de ma bite qui glissait en elle, puis le plaisir de la bite de Brian qui glissait en moi lorsque je me retirais d’elle. Les poussées sont devenues de plus en plus rapides, jusqu’à ce que je les baise tous les deux à une vitesse furieuse, nous gémissons tous, nous nous embrassons et nous nous sentons mutuellement. Je pouvais sentir la lente accumulation de sperme en moi alors que Jess jouissait encore et encore sur ma queue. La respiration de Brian devenait plus superficielle à mesure que nous nous baisions et je savais qu’il allait bientôt jouir.

« Laisse-moi avaler ton sperme », ai-je déclaré. Il m’a pompé plus fort, s’approchant de son orgasme.

« Je veux le voir aussi ! » Jess a gémi. Je le regardais me baiser par derrière pendant que je la pilonnais.

Il s’est finalement retiré de mon cul, arrachant le préservatif et caressant rapidement sa queue, essayant de retenir le sperme jusqu’à ce qu’il arrive devant mon visage. Il s’est agenouillé devant ma bouche, au-dessus de la section médiane de Jess alors que je continuais à la baiser furieusement, des gouttes de sperme dégoulinant sur elle alors que les charges remontaient le long de l’arbre. Le premier jet a atterri sur mon visage, le suivant dans ma bouche ouverte, et le suivant. Jess a gémi de plaisir en me regardant prendre sa charge. Au quatrième coup, j’ai enroulé ma bouche autour de sa queue, aspirant le reste de son sperme dans ma gorge. J’ai sucé sa queue un peu plus pendant que je conduisais Jess et moi-même à nos propres orgasmes.

Jess a commencé à gémir de plus en plus vite, laissant échapper un cri étouffé alors qu’elle se cambrait dans un autre orgasme fascinant. Ses gémissements m’ont également poussé à bout et j’ai commencé à me lâcher en elle, tirant plusieurs fois dans sa chatte. Je me suis retiré et j’ai tiré quelques fois de plus sur son ventre, mélangeant mon sperme avec celui que Brian y avait déjà mis.

Nous sommes restés allongés tous les trois pendant quelques minutes, reprenant notre souffle et réalisant ce qui venait de se passer. Brian et moi nous sommes embrassés un peu plus, et avons commencé à lécher le sperme que nous avions déposé sur le ventre de Jess. Elle a un peu ri à la sensation de chatouillement, puis nous l’avons tous deux embrassée. Brian en premier, avec un baiser doux et rapide sur les lèvres. Puis elle s’est retournée pour m’embrasser, avec un baiser qui aurait pu durer toute la nuit pour ce que j’en sais. Elle s’est blottie contre moi et je l’ai bercée dans mes bras, regardant Brian avec des yeux un peu fatigués.

Brian s’est redressé et s’est recueilli. « Eh bien, on dirait que mon travail ici est terminé. Je peux utiliser ta salle de bain et me nettoyer un peu ? »

« Bien sûr », ai-je dit en me levant de l’étreinte affectueuse de Jess, « J’ai aussi un peu besoin de me nettoyer ».

« Moi aussi », a convenu Jess, en gardant la main sur la mienne. Nous nous sommes nettoyés dans la salle de bain plutôt sans mot dire, en faisant de temps en temps un commentaire amusant. Brian s’est rhabillé et s’est dirigé vers la porte.

« Merci pour la soirée, vous deux », a souri Brian en ouvrant la porte.

« Non, merci », ai-je dit. « C’était ma première fois avec un mec« .

Brian a eu l’air surpris. « Vraiment ? »

« Ne t’inquiète pas, tu étais super. »

« Eh bien, merci. On se revoit au club ? »

« Je ne sais pas… si nous décidons d’y retourner. »

« Eh bien, tu sauras où me trouver », a-t-il souri. Nous avons fait nos derniers adieux et il est parti.

Jess et moi étions encore nus lorsqu’il a fermé la porte. Nous nous sommes tous les deux embrassés à nouveau, profondément, en déclarant notre amour l’un pour l’autre. Nous avons éteint les lumières et sommes allés nous coucher, en souriant joyeusement des incidents de la nuit. Les lumières étaient enfin éteintes dans nos chambres lorsqu’elle s’est enroulée sur moi, son corps angélique contre le mien, et a chuchoté à mon oreille :

« Tu sais, j’ai encore ton sperme en moi. »

« Oui ? »

« Eh bien… pourrais-tu arranger ça pour moi ? Avec ta langue, de préférence. »

Elle pouvait probablement sentir le sourire sur mon visage alors que je la couchais sur le dos et que je lui ouvrais le dos. La nuit n’était peut-être pas encore terminée.