Epouse baise avec 2 collègues devant son mari – histoire porno

C’est ce qui s’est passé un soir à une fête. Pauline, ma femme de 35 ans, pèse environ 65 kilos et mesure 1,75 m, ses seins sont un bonnet D. Nous sommes mariés depuis 15 ans et nous avons deux enfants, mais d’après l’apparence de notre corps, c’est difficile à dire. Elle a toujours été très conservatrice à propos de sa robe et de son corps.
J’avais toujours voulu qu’elle se montre davantage et j’avais même essayé de l’amener à en parler pendant que nous faisions l’amour, mais elle disait toujours qu’elle ne pouvait pas. C’était toujours dans ma tête et j’en rêvais tout le temps. Je lui ai offert quelques sextoys pour clitoris et couples il y a 2 ans. ils ont servit quelques fois au début, pour me faire plaisir je suppose. Depuis, ils sont dans le fond d’un tiroir, certainement avec les piles fondues et ne servent plus. Quel dommage. C’est comme cela, j’ai une femme qui n’a pas envie de jouir encore et encore… ou pas…
J’ai dû aller à une fête pour mon travail et je lui ai dit qu’elle avait vraiment besoin de porter une robe courte noire que nous avions achetée il y a quelques années et qu’elle ne portait jamais. Elle s’en est plainte mais a fini par céder. La fête était à l’hôtel à environ 4 heures de chez nous, alors nous sommes venus en voiture ce jour-là et nous nous sommes enregistrés à l’hôtel. Quand il était temps de partir, elle est partie et avait l’air si bien que j’ai failli ne plus vouloir aller à la fête.
Nous sommes arrivés un peu tard à la fête et nous avons été accueillis à la porte de la salle de bal de l’hôtel par l’un des gars du travail qui n’arrêtait pas de parler à Pauline et de me repousser. Je l’ai embrassé et lui ai dit : « Je vais au bar nous chercher à boire ». Pauline est restée avec Steve. J’ai travaillé à la maison la plupart du temps, donc Pauline n’avait jamais rencontré la plupart des gens du travail.
Du bar, j’ai vu comment ils prenaient une table et discutaient, Pauline avait l’air si bien installée ici, les longs cheveux bruns, contrairement à la peau blanche laiteuse qu’elle riait tout le temps de ce que Steve lui disait. J’ai ramené nos boissons à table et Pauline m’a dit : « Je voulais un coca ». J’ai juste souri et j’ai dit « c’est une fête, juste quelques verres mélangés ». Maintenant Pauline qui ne boit jamais dit « non, c’est bon, je vais prendre un coca dans un moment ». Dans le cadre de mon travail, j’ai dû parler à des clients potentiels et je me suis levé pour me mêler à eux, Pauline est restée à la table.
Au bout d’une vingtaine de minutes, je me suis retourné vers la table pour voir Pauline parler à deux gars et siroter un verre. Je me demandais ce qu’elle faisait, je n’aurais jamais pensé qu’elle boirait quoi que ce soit comme elle ne le fait jamais. Je suis retourné à la table pour vérifier qu’elle allait bien et j’ai vu qu’elle allait bien et qu’elle parlait à des gars d’un de nos autres bureaux. Elle et moi avons parlé une minute. Elle savait qu’elle serait sans moi la plus grande partie de la fête parce que j’ai parlé aux clients et m’a dit de continuer, elle allait bien. Je l’ai quittée et je suis retournée faire ma ronde.
Je n’arrêtais pas de la regarder et elle semblait de plus en plus détendue à mesure que la nuit avançait. Je l’ai même vue se lever et danser quelques fois quelque chose qu’elle ne fait jamais. Je suis passé la voir et elle ne ressentait aucune douleur et parlait, je n’ai même pas remarqué qu’elle était trop occupée à parler avec les gars qui l’accompagnaient. Elle riait et semblait vraiment s’amuser.
Il y avait beaucoup de monde à la fête et j’ai remarqué que Pauline n’était pas à table. Alors que je me promenais à sa recherche et que je la voyais danser avec un type que je n’avais jamais vu auparavant. Il la tenait de très près et sa main n’arrêtait pas de bouger vers son cul. Elle n’a même pas essayé de le bouger, mais elle l’a regardé et ils ont commencé à s’embrasser. Une fois la chanson terminée, ils sont retournés à la table. En fait, j’étais un peu jaloux, mais j’étais excité. Je me suis approché de la table et je me suis présenté. C’était un client que je n’avais jamais rencontré. Nous avons parlé quelques minutes et Pauline s’est levée pour aller aux toilettes. Il a commencé à dire qu’elle le laissait lui faire ce qu’il voulait sur la piste de danse et qu’il était sûr que ça allait être une bonne soirée. Je lui ai dit que Pauline était ma femme et qu’il est devenu rouge comme il se doit. Je lui ai expliqué que tout allait bien et qu’il ne fallait pas s’inquiéter, cela ne me dérangeait pas. J’ai toujours voulu la voir flirter et jouer, mais je n’ai jamais pensé qu’elle en ferait autant qu’elle l’avait déjà fait. En parlant, je pense que je lui ai fait comprendre que j’étais d’accord avec tout ce qu’elle le laissait faire tant que je pouvais regarder, mais je ne pensais pas qu’il se passerait quelque chose.
Quand Pauline est revenue, je lui ai demandé de danser. Une fois fait, nous avons parlé de tout ce qu’elle avait fait. Elle m’a raconté comment elle a eu un buzz après le verre et qu’elle a laissé les choses aller trop loin. Après une longue conversation, elle savait que je n’étais pas fâchée et que j’avais vraiment aimé l’idée et que je commençais à y penser. Puis je lui ai dit : « Tu crois que tu devrais demander à Gérard de remonter dans la chambre ? » Pauline m’a regardé comme si je n’étais pas sérieux. Tout ce que j’ai pu dire, c’est :  » Je pense que tu as vraiment aimé jouer avec lui jusqu’à présent et tu peux prendre un autre verre, flirter et quand il partira, tu seras excité pour moi. » Pauline a dit : « Si c’est vraiment ce que tu veux, mais juste un peu de flirt. »
Nous sommes retournés à la table et Pauline s’est assise à côté de Gérard et moi de l’autre côté de la table. J’ai dit : « Tu sais que ça se calme ici, tu veux monter dans notre chambre pour un dernier verre? » Gérard a regardé Pauline et lui a dit : « Bien sûr que non. » Et à notre grande surprise, le type à qui Gérard parlait nous a dit : « Hé, je peux m’inscrire ? » Gérard a dit à Charles que c’est Steve, il travaille avec moi, c’est d’accord ? » Je ne trouvais pas ça amusant, mais Pauline m’a dit : « Pourquoi pas plus on est de fous, plus on est de fous, plus on rit. » Nous nous sommes tous les quatre dirigés vers la chambre.
Une fois que nous sommes entrés, je suis allé à une petite table et j’ai posé une bouteille de vodka et de rhum que j’avais apportée d’en bas et j’ai commencé à préparer quelques verres. Pauline a donné un coup de pied dans les talons et s’est écrasée sur le bout du lit. J’ai donné un rhum-coca à tout le monde, y compris à Pauline, et on s’est regardés sans savoir quoi dire. Pauline, dont j’avais mélangé le verre très fort, a levé sa tasse et s’est mise à tousser en disant « Oh mon Dieu, je n’arrive pas à croire que j’ai bu ce yuk ». Nous avons tous commencé à rire grâce à Dieu qui avait brisé la glace et nous n’avons pas tardé à rire et à parler à nouveau. J’ai donné un autre verre à tout le monde et Pauline m’a regardé d’un drôle d’air et l’a juste remonté. Elle m’a regardé et m’a dit : « Tu veux me saouler ? » J’ai ri et on a tous recommencé à parler.
Il ne fallut pas longtemps avant que Gérard se lève pour aller aux toilettes et quand il revint, il s’assit près de Pauline. Il posait sa main sur sa jambe et frottait pendant qu’il lui parlait. Bientôt, la conversation a commencé à se tourner vers le sexe. À ma grande surprise, Pauline s’est jointe à nous et a répondu à des questions sur l’importance de la taille et ce genre de choses. À ma grande surprise, Pauline a regardé Gérard et m’a dit : « Eh bien, qu’en est-il du rasage de la chatte que tu aimes rasée en douceur ou avec des poils sur le dessus ou coupée partout ? » Gérard ne s’attendait pas à ce qu’elle revienne avec : « J’aime les poils juste au-dessus et lisses en dessous. » Pauline m’a regardé et m’a dit : « Wow, il aime ma façon de faire. Charles me demande toujours de tout raser. » Gérard l’a regardée et a dit : « J’adorerais voir ça. » Pauline est revenue avec : « Je pense que Charles aimerait que tu t’en occupes. » Puis Steve s’est mis à dire : « S’il vous plaît, il n’y a pas de mal à voir ? Tu veux bien nous jeter un coup d’oeil ? »
Pauline a dit « peut-être dans une minute » et s’est levée pour aller pisser. Alors qu’elle sortait de la pièce, Gérard et Steve m’ont regardé. Je leur ai dit : « Ce qu’elle vous laissera faire, mais n’attendez pas grand-chose, je vous le dis. » À peu près à ce moment-là, Pauline est entrée et a dit : « Qu’est-ce que tu veux dire par ne t’attends pas à grand-chose ? De quoi vous parlez ? » Pauline s’assit de nouveau sur le lit et ses jambes pendaient au bout du lit. Elle s’allongea jusqu’en arrière, atteignit ses bras au-dessus de sa tête et tira un oreiller sous sa tête. Elle a fermé les yeux et a dit :  » Vous pouvez regarder mais ne touchez pas  » et elle a gardé les yeux fermés. Elle était maintenant allongée à côté de Gérard et Steve se leva et s’assit de l’autre côté de ses jambes. Gérard m’a regardé, je me suis levé, je me suis approché et j’ai attrapé le bas de sa robe et j’ai soulevé l’ourlet en le faisant glisser lentement le long de ses cuisses. Juste au moment où elle atteignait le haut de sa cuisse, elle a dit à nouveau « Pas de contact » et ses poils pubiens sont apparus. On la regardait sans croire qu’elle avait enlevé sa culotte. Gérard a demandé « ça te dérangerait d’écarter un peu tes jambes pour qu’on puisse tout voir » sans rater un seul battement, Pauline a écarté ses jambes et on pouvait voir ses lèvres intérieures maintenant très humides scintiller avec son jus. Gérard soupira et dit : « Oui, c’est exactement comme ça que j’aime ». J’ai dit : « Pourquoi ne t’enlèves-tu pas tes vêtements pour qu’ils puissent voir tout ton corps, y compris tes beaux seins ? »
À ma grande surprise, Pauline s’est levée, a tiré la robe au-dessus de sa tête, a enlevé son soutien-gorge et s’est allongée. Gérard a lentement tendu la main et a touché son sein. Pauline a sauté un peu, puis elle a gémi et a gardé les yeux fermés. Il a commencé à se frotter de plus en plus en s’arrêtant pour jouer avec ses mamelons très érigés. Elle a gardé les yeux fermés et a commencé à se tortiller un peu. Steve, un peu plus audacieux, a alors commencé à frotter sa jambe de plus en plus haut jusqu’à ce qu’il s’approche de ses lèvres bouffies. Gérard s’est alors penché la tête en avant et a commencé à sucer son mamelon droit et à jouer avec sa main gauche alors qu’il se mettait à quatre pattes à côté d’elle. Pauline a commencé à gémir plus fort et Steve a bougé sa main toute la hauteur jusqu’à ce qu’il était messager sa chatte à l’extérieur. Lorsque Steve atteignait son clitoris, elle se tortillait sous ses doigts.
Puis j’ai remarqué qu’elle tend la main droite et commence à frotter la bite de Gérard sur l’extérieur de son pantalon. Je ne pouvais pas croire ce qui se passait. Ma femme timide allait-elle vraiment baiser ces deux types devant moi ? Gérard a baissé son pantalon et a commencé à le baisser. Pauline s’est allongée et a écarté les jambes pendant que Steve se mettait maintenant le visage entre eux. Quand sa langue s’est mise à lécher, Pauline la chatte s’est mise à gémir très fort et a dit : « C’est ça que tu voulais voir bébé ? » Je n’ai rien dit et je l’ai regardée attraper ses mamelons et commencer à les tirer un peu.
Maintenant, Gérard était complètement déshabillé et rampait sur le lit à côté de la tête de Pauline. Il a posé sa bite de bonne taille si je devinais, je dirais 7 ½ pouces de long et très épais sur sa joue. Pauline a enroulé sa main autour et l’a guidée jusqu’à sa bouche. Elle sortit la langue et se mit à lécher la tête, puis, comme elle gémissait de nouveau à cause du lèche-bouche que Steve lui faisait, elle essaya de la mettre dans sa bouche. Elle faisait de son mieux pour mettre toute la tête en forme de champignon dans sa bouche, mais elle était si épaisse qu’elle avait du mal. Elle a commencé à déplacer sa bouche de haut en bas sur le côté de celui-ci comme Steve avait maintenant 2 doigts dans son doigt baisant avec elle comme il léché à son clito.
Steve s’est éloigné pour commencer à se déshabiller et comme il l’a fait Pauline a tiré la queue de Gérard vers le bas du lit comme si elle voulait qu’il prenne la place de Steve. Tandis que Gérard se mettait en position, Pauline ouvrit les yeux et me regarda et me dit :  » Es-tu sûr que c’est ce que tu veux voir ? Tu veux que je sois leur salope ? » À ce moment-là, Gérard n’était pas en train de se positionner sur le dessus de Pauline et de lever les genoux pour se mettre en ligne avec sa chatte trempée. J’ai juste sorti ma bite et j’ai commencé à la caresser en regardant ce qui allait se passer. Pauline descendit et guida la tête jusqu’à son ouverture. Quand Gérard a commencé à pousser vers l’avant avec ses hanches, je pouvais voir ses lèvres résister à la grosse tête. Ils ont lentement commencé à se séparer alors que Gérard poussait plus fort alors que Pauline gémissait bruyamment « Oh mon Dieu, c’est énorme. » Cela a donné à Gérard toute la motivation dont il avait besoin et il a poussé plus fort quand la tête a disparu en elle. Gérard gémit alors qu’il s’enfonçait encore plus si sa bite en elle jusqu’à ce que vous puissiez voir ses couilles couchées contre elle. Il s’est ensuite retiré jusqu’à ce que la tête soit à l’intérieur et qu’elle soit repoussée à l’intérieur. Alors qu’il commençait à prendre du rythme, Steve s’est mis à genoux à côté de sa tête et lui a mis sa bite dans la bouche. Pauline ouvrit la bouche en gémissant et Steve lui enfonça la tête.
C’était maintenant la scène la plus folle que j’aie jamais vue. Deux mecs se servaient de mon ancienne femme conservatrice timide comme de leur salope personnelle. Pauline gémissait à chaque fois que Gérard poussait fort et suçait aussi fort qu’elle le pouvait sur la bite de Steve. Gérard a commencé à prendre de la vitesse et Pauline a arrêté de sucer Steve quand elle s’est mise à crier : « Oui, va te faire foutre, oh mon Dieu, va te faire foutre !!!! »
Puis Gérard a sorti sa bite dont la tête a fait un son pop quand elle est sortie. Il l’a retournée et l’a mise sur les mains et les genoux et l’a poussée à l’intérieur et a tiré sa tête vers le haut par ses longs cheveux bruns. Ses seins se balançaient violemment pendant qu’il la prenait par derrière. Steve a pris le risque et s’est mis devant elle et a poussé sa bite dans sa bouche ouverte et a commencé à la pousser aussi loin qu’elle pouvait aller. Comme Gérard poussait par derrière, il lui faisait avaler plus de bite de Steve dans la gorge. La mésange n’a pas duré longtemps avant qu’il ait les couilles sur son menton. Elle était en fait en train de lui faire la gorge profonde, mais je ne savais pas si c’était par choix. Steve saisit l’arrière de sa tête et gémit alors qu’il faisait tomber sa graine au fond de sa gorge. Pauline a d’abord jaugé, mais ça a commencé à couler autour de sa bite, le long de son menton. Steve s’allongea devant elle et elle posa sa tête sur lui en gémissant pendant que Gérard continuait à l’attaquer par derrière. Il ne fallut pas longtemps avant que Pauline ne crie « oui, oh mon Dieu, oui. » Elle n’arrêtait pas de répéter « oui » encore et encore et son corps tremblait avec l’orgasme le plus dur que je l’avais jamais vu avoir.
Gérard la frappait si fort qu’elle avançait jusqu’à ce que juste ses seins soient sur Steve et qu’elle repousse pour rencontrer la prochaine poussée de Gérard. Puis Gérard s’est agrippé à ses hanches et s’est enterré dans ses couilles en gémissant fort, je pouvais voir qu’il se déchargeait en elle. Elle est juste restée là, la tête sur Steve haletant pour reprendre son souffle jusqu’à ce que Gérard commence enfin à se retirer. Alors qu’il se retirait, sa bite qui rétrécissait, Pauline a juste gardé son cul en l’air.
Gérard s’est levé du lit et s’est dirigé vers le côté le plus proche de sa tête, l’a soulevée par sa tête et l’a guidée jusqu’à sa queue trempée de sperme et l’a forcée à la lécher et à ma surprise elle l’a fait sans même sourciller. Après quelques minutes, Steve et Gérard se sont habillés et ont fait leurs adieux et embrassé Pauline en partant.
Pauline venait de rester sur le lit sans même essayer de se couvrir le dos, le sperme de Gérard fuyant toujours de ses lèvres grandes ouvertes. Elle m’a regardé et m’a demandé : « C’est ce que tu voulais voir tout ce temps ? » Je me suis approché d’elle et j’ai dit : « Je suppose, mais je ne suis pas sûr d’être prêt pour tout ça d’un coup. » Elle a ri et a dit : « Si tu veux y aller, vas-y en grand. » J’ai ri en emménageant et j’ai commencé à l’embrasser. J’ai pu goûter le mélange des deux sur ses lèvres et sa langue pendant qu’on s’embrassait.
Elle savait que j’étais encore dur et m’a tiré sur elle. Ma bite s’est glissée droit dedans sans résistance et pendant que nous faisions l’amour, elle m’a regardé et m’a dit « Je suppose que tu avais raison, il y a une différence entre faire l’amour et se faire baiser ». Je l’ai regardée avec ma bite à l’intérieur d’elle avec le jus de Gérard qui m’a fourni toute la lubrification dont j’avais besoin et j’ai dit « Qu’est-ce que tu veux dire ? » Elle m’a dit : « Ils m’ont baisé comme je n’ai jamais été, mais ils ne peuvent jamais me faire l’amour comme tu le fais maintenant. »