Partie de sexe à trois avec deux salopes

trio sexe deux femmes sexy

Le temps à Limoges a commencé à s’améliorer vers la fin du mois de mai et, à la fin du mois de juin, les journées étaient ensoleillées et chaudes. Les soirées étaient chaudes et humides, mais il y avait généralement assez de brise pour rafraîchir les choses confortablement. Ma mère et mon père avaient emmené nos deux garçons pour quelques jours afin de nous donner un peu de vacances. Ma femme Mélanie et moi profitions pleinement de ces vacances, sortant presque tous les soirs au cinéma ou pour dîner. Nous sommes tous les deux des professionnels, elle est médecin et moi chercheur à l’université. Nous avions travaillé dur, établi nos carrières et n’avions presque pas eu de temps libre depuis des années.

Le week-end est arrivé et nous avons décidé de rester à la maison et de faire un barbecue, plutôt que de manger au restaurant. À vrai dire, toutes ces sorties avaient commencé à me fatiguer et j’avais hâte de passer une soirée paresseuse à me détendre dans le confort de notre maison. Je suis allée chez le boucher local et j’ai choisi deux entrecôtes parfaites. Il n’y a rien de tel qu’une côte de bœuf cuite à la flamme. Comme le dit maintenant mon fils aîné : « Viande, Feu…. Bon ! Ils faisaient environ 4cm d’épaisseur et étaient joliment vieillis. Pour accompagner les steaks, j’ai aussi acheté de beaux poivrons qui, je pense, grilleront bien.

En rentrant du magasin, je me suis émerveillé de la chance que j’avais. Je dois prendre le temps de décrire ma femme. Mon épouse est, et a toujours été, l’amour de ma vie. La toute première fois que j’ai posé les yeux sur elle, j’ai ressenti un attrait presque viscéral. Elle a les plus beaux cheveux châtain moyen, longs et soyeux. Et ses yeux sont incroyables, gris acier, qui clignotent d’un bleu étincelant quand elle est heureuse. J’ai toujours pensé qu’elle avait une superbe silhouette. Maintenant, je suis un homme à jambes avoué et les siennes sont longues et minces. Je suppose que c’est ici que tu t’attends à ce que je décrive sa succulente poitrine 95D, mais non. La deuxième chose que j’ai remarquée quand je l’ai vue pour la première fois, c’est sa magnifique ligne de poitrine 90b (je ne trouve rien d’attrayant dans les seins énormes, donc je suppose que je ne fais pas partie de la norme masculine à cet égard). Quoi qu’il en soit, bien que ma femme soit proche de mon idéal en termes d’apparence, elle a aussi une personnalité incroyable. Nous sommes très compatibles en termes de vision de la vie et ainsi de suite.

Cet après-midi-là, il faisait chaud, alors je portais des shorts et un t-shirt musclé car tout le reste était simplement trop chaud. Maintenant, je ne suis pas un Adonis, mais je n’étais pas trop mal dans cette tenue. De plus, Mélanie pense que j’ai l’air un peu sexy dans ce genre de t-shirt (je ne sais pas pourquoi elle le pense, mais je ne vais pas discuter). J’ai conduit dans notre rue et en tournant le dernier coin, j’ai remarqué une voiture inconnue garée devant la maison. Je n’ai rien pensé de tout cela puisque les voisins se garent toujours devant comme ça. Je me suis garée dans l’allée et j’ai récupéré la nourriture, avant de me diriger vers la porte d’entrée. En entrant, j’ai failli trébucher sur une petite valise qui était posée dans l’entrée. J’entendais la voix de Mélanie, qui passait par la fenêtre ouverte de la cuisine, en provenance de la cour arrière. Je n’arrivais pas à comprendre ce qu’elle disait et j’entendais une autre voix qui me semblait familière, mais que je n’arrivais pas à situer.

Je suis entré dans la cuisine pour ranger la nourriture, juste au moment où Mélanie m’a appelée sur le patio.

« Regarde qui est là », a dit Mélanie.

J’ai à peine pu contrôler ma surprise lorsque j’ai vu mon ancienne amie étudiante diplômée, Pamela. Nous avions partagé un bureau lorsque nous étions toutes deux étudiantes en maîtrise à Alberta, puis nous sommes venues sur la côte pour faire nos doctorats en même temps. Après avoir obtenu nos diplômes, nous sommes allées dans des villes différentes pour nos bourses post-doctorales. Je ne l’avais pas vue depuis plusieurs années. Lorsque l’occasion s’est présentée, j’ai sauté sur l’occasion de revenir dans la région pour enseigner. Pauline avait accepté un poste de chercheur dans le sud, ce qui rendait les rencontres très difficiles. Pauline a sauté et est venue me faire un gros câlin, que j’ai rendu avec plaisir. Nous nous sommes tous assis et avons discuté un peu du bon vieux temps.

Mélanie a dit : « Pauline reste avec nous pour le reste de la semaine ».

« J’ai vraiment hâte de rattraper le temps perdu », a rétorqué Pauline.

Elle nous a lancé à toutes les deux un regard difficile à décrire. Lorsque nous étions étudiants en doctorat, j’avais par inadvertance arrangé Pauline avec un autre étudiant diplômé. Il s’était avéré être l’un des plus gros connards de la planète, en ce qui me concerne. Je dois avouer ici que j’ai toujours eu un faible pour Pauline. C’est une belle petite brune avec une étincelle dans l’œil en permanence. Venant de Montréal, elle a ce chic oriental qui m’a toujours séduite. Même lorsqu’elle est habillée de façon super décontractée, elle est toujours bien habillée. J’ai souvent pensé que si je l’avais rencontrée avant Mélanie, les noms sur l’acte de mariage auraient été différents ! Je suis sûre que Mélanie savait que je portais une torche pour Pauline, car elle me taquinait souvent dans ce sens.

La chaleur était presque étouffante et Pauline est montée se changer. J’ai préparé pour nous tous une tournée de Rum Collins’ bien frais, puis je suis allé allumer le barbecue. Pauline est revenue, vêtue d’un short et d’un haut moulant. Elle s’est assise sur le patio, me tenant compagnie pendant que je cuisais les steaks. Mélanie est allée se changer dans sa nouvelle robe d’été et nous a rejointes. Pendant que les steaks grésillaient, j’ai jeté une poignée de copeaux d’hickory sur les charbons, juste avant de mettre les poivrons. L’air était complètement immobile et les odeurs des steaks, de l’hickory et des poivrons étaient simplement suspendues dans l’air, créant un arôme délicieux et sensuel.

C’est peut-être à cause de la chaleur, mais nous avons tous rempli plusieurs fois nos boissons et nous nous sentions convenablement pompettes. Pas ivres, mais dans cette zone délicieuse où tout se sent bien et où tu n’as aucune inhibition. Le repas était prêt et nous nous sommes assis pour un repas magique. Les steaks étaient parfaits et les poivrons apportaient juste le bon complément. Pour couronner le tout, nous avons tous bu quelques verres d’un très bon Malbec que Pauline avait apporté comme cadeau de crémaillère. Même si Mélanie et moi étions là depuis plusieurs années, c’était la première fois que Pauline voyait l’endroit.

Lorsque le repas s’est terminé, nous agissions tous un peu bêtement. Même la plus petite chose nous faisait tous rire. Le soleil se couchait et nous avons décidé d’aller à l’intérieur pour manger notre dessert. Les femmes sont allées s’asseoir dans le salon tandis que je suis allée dans la cuisine pour préparer trois bols de glace maison garnie de fraises fraîches. J’ai généreusement arrosé les dessus de liqueur et les ai distribués aux deux amours de ma vie. Pendant que je le faisais, j’ai mis de la bonne musique et nous nous sommes tous assis pour parler et manger la glace.

La chaleur a fait fondre la glace rapidement, si bien qu’au bout de quelques minutes, nous mangions essentiellement de la soupe à la glace. L’alcool a peut-être fait son effet, mais Mélanie a fait couler de la glace sur son menton et sur le haut de ses seins, juste au-dessus du décolleté de sa robe. Nous avons tous ri de cela et Mélanie était sur le point de se lever pour aller chercher une serviette lorsque quelque chose s’est produit qui a changé le sentiment de toute la soirée.

Pauline a lâché : « Peut-être que Bob devrait lécher ça, puisqu’il est un mari si dévoué ».

Elle l’a dit à moitié en plaisantant, mais il y avait aussi une lueur sérieuse dans ses yeux. Maintenant, normalement, j’aurais ri puis je serais allée chercher un chiffon. Cependant, nous nous sentions TOUS assez désinhibés pour que je le fasse réellement. Une petite gouttelette de la glace fondue avait coulé dans la vallée entre les seins de Mélanie. J’ai dû tirer un peu sur l’encolure élastique de sa robe pour attraper la goutte errante. Pour montrer à quel point j’étais galant, j’ai lentement passé le bout de ma langue entre les seins de Mélanie et l’ai fait glisser dans le creux à la base de son cou. J’ai lapé chaque morceau de la crème glacée et le goût était indescriptible. La douceur de la glace s’est mélangée au sel de la transpiration de Mélanie, créant une ambroisie. Je devais simplement continuer à lécher jusqu’à ce que tout le mélange délectable ait disparu.

Le contact de ma langue avec la peau de Mélanie était presque électrique. J’entendais son souffle s’arrêter pendant que je le faisais et j’ai totalement oublié le reste du monde. En retirant le devant de sa robe, j’ai découvert qu’elle ne portait pas de soutien-gorge. Sans y penser consciemment, je me suis approché et j’ai passé le bout de ma langue sur son téton exposé. Maintenant, normalement, Mélanie m’aurait giflé pour avoir fait une telle chose devant quelqu’un d’autre. Cependant, elle était aussi prise par la sensualité du moment et elle a juste laissé échapper un faible gémissement et a enroulé ses doigts dans mes cheveux, me maintenant en place pour continuer à lécher.

Soudain, nous nous sommes toutes deux souvenues que nous n’étions pas seules. Je me suis redressée et nous avons toutes les deux regardé Pauline, toutes les deux n’étant que légèrement gênées (plutôt que complètement mortifiées). Pauline avait un regard glacé et je pouvais voir qu’elle respirait très fort. Il est clair qu’elle avait été très excitée par ce que Mélanie et moi avions fait. Elle a semblé sortir de sa rêverie et nous avons tous ri. Il semblait qu’à ce moment-là, nous nous étions tous débarrassés de nos dernières inhibitions.

Histoire de Sexe :  Comment avoir un orgasme sans effort ?

La conversation a repris, bien qu’avec une teneur beaucoup plus sensuelle, et nous avons continué à manger notre glace. Mélanie et moi avons regardé Pauline faire délibérément couler de la crème glacée sur sa poitrine, juste au-dessus de son haut tubulaire.

Avec un petit tremblement dans la voix, Mélanie a dit : « Je pense que tu devrais aider Pauline à nettoyer ça comme tu m’as aidée. »

Pauline m’a regardée avec espoir, puis a regardé Mélanie. Il était clair qu’elle voulait que quelqu’un lèche ses seins.

J’ai regardé Mélanie avec insistance et j’ai demandé : « Tu es sûre de toi ? Parce que si tu l’es ; j’adorerais faire ça ! »

Mélanie m’a juste fait un signe de tête et il y avait une lueur presque féroce dans ses yeux. Je me suis levée et suis allée vers Pauline. Je me suis agenouillée entre ses genoux et je me suis penchée pour pouvoir lécher la goutte qui avait maintenant coulé juste entre ses seins. Elle tremblait d’impatience et a même sauté lorsque ma langue est entrée en contact avec sa peau. Très lentement, j’ai léché mon chemin vers le haut, de la vallée exposée entre ses seins, jusqu’au creux de son cou.

J’étais sur le point de m’arrêter lorsque Mélanie a dit d’une voix rauque : « Tu as oublié un endroit. Une partie a coulé sous le bord de son haut. »

J’ai regardé Pauline dans les yeux pendant que Mélanie parlait et Pauline a hoché la tête presque imperceptiblement. Elle a approché ses mains du haut et l’a lentement enlevé, exposant de plus en plus de peau. Lentement, le haut a glissé jusqu’à ses mamelons et ma queue, qui n’avait certainement pas été molle auparavant, a sauté puissamment. Ses seins étaient absolument parfaits, en forme de poire et guillerets. Maintenant, j’adore les seins de Mélanie, depuis toujours. Mais ceux de Pauline étaient exquis. Ses mamelons étaient durs et ne demandaient que de l’attention. Ils mesuraient environ 1cm de long et étaient aussi gros qu’une gomme à crayon. Les aréoles étaient petites, de la taille d’une pièce de dix cents, et d’une nuance de rose corail. Alors que je léchais lentement entre ses seins, Pauline en a attrapé un et l’a soulevé, faisant entrer le mamelon dans ma bouche affamée. Son autre main s’est glissée à l’arrière de ma tête et m’a serré contre le mamelon qu’elle me tendait. J’étais complètement perdue dans ce moment et j’ai soudain senti la main de Mélanie glisser à l’intérieur de ma cuisse. Je n’avais pas remarqué qu’elle s’était approchée et agenouillée à côté de moi pour voir ce que je faisais.

J’ai décollé mes lèvres du téton de mon amie et me suis tourné vers mon épouse. Nous nous sommes embrassées profondément, ma langue se glissant dans ses lèvres ouvertes et jouant avec sa langue. Ses mains étaient occupées, tout comme les miennes. Nous caressions toutes les deux les seins de Pauline et nous nous embrassions. C’est Pauline qui a fait passer les choses au niveau supérieur. Pendant que Mélanie et moi nous embrassions, elle a enlevé son short. Elle s’est baissée et a glissé sa main dans sa culotte en nous regardant nous embrasser. Après que Mélanie et moi avons interrompu notre baiser, Pauline a attiré ma tête vers ses lèvres pour que nous puissions partager un autre baiser. Lorsque Pauline et moi nous sommes séparées de notre baiser humide et sensuel, Mélanie a retiré ma chemise par-dessus ma tête. Je suis retourné sucer les tétons de Pauline et j’ai tendu une main vers le bas pour caresser l’intérieur de la cuisse de Mélanie. Mélanie embrassait le lobe de mon oreille et mon cou, tandis qu’elle descendait et frottait légèrement ma queue à travers mon short.

J’ai fait courir ma main plus loin sur la jambe de Mélanie, m’aventurant sous l’ourlet de sa robe d’été. À ma grande surprise, Mélanie avait retiré sa culotte et mes doigts ont tracé sur les lèvres très humides de sa chatte. Mes doigts ont facilement glissé à l’intérieur de la chatte de Mélanie et j’ai enfoncé deux doigts profondément. Nous sommes restés comme ça tous les trois pendant ce qui m’a semblé une éternité, Pauline se frottant la chatte, moi suçant son sein et caressant la chatte de Mélanie, et Mélanie embrassant mon cou en frottant ma queue. J’ai retiré le téton de Pauline et l’ai regardée profondément dans les yeux. Pauline m’a rendu mon regard et a sorti sa main de sa culotte de façon très sexy et m’a offert de goûter au jus qui scintillait sur ses doigts. J’ai sucé avidement le jus de ses doigts et j’en voulais encore plus. Pauline s’est levée juste assez longtemps pour enlever sa culotte. J’étais au paradis lorsque j’ai vu les douces boucles brun clair qui recouvraient son monstre. Mélanie s’était rasée la chatte depuis longtemps. Elle aimait la sensation de ma langue sur la peau nue de sa chatte et qui étais-je pour contester. Cependant, j’avais parfois fantasmé sur le fait de passer mes doigts dans une belle chatte poilue. En voilà une, juste devant moi et je n’ai pas perdu de temps pour l’atteindre. Je ne peux pas décrire ce que j’ai ressenti, en baisant lentement avec les doigts deux des plus jolies chattes que j’ai jamais vues.

Mélanie s’est levée et s’est lentement glissée hors de sa robe de bain. J’ai comparé mentalement les deux corps en face de moi. Mélanie est assez grande et a de belles jambes. Pamela, en revanche, est plutôt mince et menue. Proportionnellement, ses jambes ne sont pas aussi longues que celles de Mélanie. Elle a le cul le plus délicieux que j’ai jamais vu et je bavais presque à l’idée de l’embrasser et de le caresser.

Mélanie m’a sorti de ma rêverie en disant : « Tu portes beaucoup trop de vêtements ».

« Oh oui, nous voilà exposés et tu caches encore les bons morceaux », a lancé Pauline, avec un sourire diabolique sur le visage.

Mélanie et Pauline ne se sont regardées qu’une fraction de seconde, mais il était clair qu’elles étaient sur la même longueur d’onde mentale. Elles ont simultanément attrapé mon short et l’ont fait glisser le long de mon corps. Ma bite en érection a jailli, lorsque le short s’est détaché, comme si elle était faite d’acier à ressort. Mélanie et Pauline m’ont toutes deux poussé sur le tapis et se sont relayées pour sucer et lécher ma queue. J’ai toujours pensé que Mélanie était une excellente suceuse de bite, mais Pauline lui en donnait certainement pour son argent. Étonnamment, même si j’étais en pleine félicité, j’étais distinctement conscient des différences entre leurs techniques. Mélanie aime vraiment lécher la tête et faire courir sa langue de haut en bas de la tige, me donnant essentiellement des baisers papillons sur toute la longueur de ma queue. C’est en partie parce qu’elle a un réflexe bâillon hypersensible, alors elle n’essaie pas de me prendre profondément dans sa bouche. Pauline, par contre, me gorgeait profondément et facilement. J’adorerais dire que je suis monté comme un cheval, mais la vérité est que je suis probablement juste un peu au-dessus de la moyenne nationale en longueur et probablement la même chose pour la circonférence. Il était clair que le réflexe nauséeux de Pauline n’avait rien à voir avec celui de Mélanie et j’ai adoré son apparence avec son nez enfoui dans mes poils pubiens. Elle me prenait à la base des couilles et avalait alors que le gland de ma queue était en plein dans sa gorge. C’était définitivement quelque chose de nouveau pour moi et j’ai presque perdu la tête à ce moment-là.

Mélanie a dit. « Si tu continues comme ça, il va exploser ! »

Pauline s’est arrêtée et a considéré cela pendant un moment. Bien sûr, à ce moment-là, ma queue était en plein dans sa gorge et j’étais à la la land. Mes couilles se gonflaient déjà, se préparant à décharger.

Retirant sa tête de ma queue, Pauline a demandé à Mélanie : « Est-ce qu’il pourra bientôt la remonter ? ».

Mélanie a ri et a répondu : « Il ferait bien d’en être capable puisque je suis d’humeur à faire toute la nuit. »

« Je me suis toujours demandé quel goût il avait », a gloussé Pauline et a replongé sa tête sur ma queue, la pompant avec intention.

« Oh, fuuuuuuuuuuccccckkkk !!! » J’ai gémi en tirant environ un litre de sperme dans sa bouche.

Lorsque j’ai commencé à tirer, Pauline m’avait bien enfoncé dans sa gorge, mais elle s’est retirée pour que la tête soit juste dans sa bouche lorsque j’ai tiré les deuxième et troisième coups.

« Mmmmmmmmm », gémit Pauline autour de la tête de ma queue.

« Allez, ne la monopolise pas », s’est plainte Mélanie.

Pauline s’est assise et s’est penchée vers Mélanie, lui donnant un gros baiser pendant qu’elles partageaient mon sperme. Maintenant, je ne suis généralement pas du genre à rebondir immédiatement après un orgasme aussi intense. Ne te méprends pas, quand je suis en veine, j’ai réussi à atteindre au moins quelques orgasmes au cours d’une soirée, mais j’ai généralement besoin d’un petit temps d’arrêt entre les deux. Mais cette fois-ci, ma queue a repris vie en les regardant se passer mon sperme entre leurs lèvres. Mon Dieu, c’était un spectacle incroyable et érotique, peut-être le spectacle le PLUS érotique que j’aie jamais vu. Après quelques instants, ils ont rompu le baiser et j’ai tiré Pauline à côté de moi. Je n’ai pas eu besoin de dire quoi que ce soit. Elle a lu dans mes pensées et a écarté les jambes en grand. J’ai plongé la tête la première et j’ai léché sa chatte en un instant. Maintenant, Mélanie mouille quand elle est excitée, mais elle n’a rien sur Pauline. Comme les deux belles salopes s’embrassaient toutes les deux, je pouvais voir le jus de Pauline couler le long de l’intérieur de ses cuisses. En la léchant, j’ai été étonné de voir à quel point elle était mouillée. C’était comme une rivière du fluide le plus délicieux que j’aie jamais goûté (enfin, Mélanie a un goût tout aussi bon, alors je suppose que je ne peux pas me plaindre).

Histoire de Sexe :  Epouse baise avec 2 collègues devant son mari - histoire porno

Mélanie n’était pas assise sans rien faire pendant que je léchais la chatte de mon amie. Elle était sur le dos, la tête entre mes jambes, et suçait ma queue comme un démon. Heureusement, je ne risquais pas de jouir de sitôt, ayant joui dans la bouche de Pauline. Les sensations sur ma queue étaient délicieuses malgré le fait que je venais de jouir. J’ai fait remonter deux doigts dans la chatte de Pauline et je les ai remués pour masser son point G. C’est quelque chose que Mélanie adore quand je lui fais ça, alors je me suis dit que je devais essayer sur Pauline. Eh bien, laisse-moi te dire que je ne m’attendais pas à la réponse que j’ai obtenue. Pauline a verrouillé ses cuisses autour de ma tête comme un étau et a tout simplement commencé à crier. Son dos s’est arqué brusquement et ses jambes ont commencé à trembler violemment. Puis elle a littéralement fait jaillir un jet de jus de sa chatte. Une bonne partie est allée dans ma bouche, mais une partie a accidentellement giclé dans mon nez. J’ai retiré ma tête du chemin et le jet qui sortait de sa chatte a éclaboussé ma poitrine et trempé le visage de mon épouse. J’avais entendu parler de l’éjaculation féminine, mais c’était ma première expérience en la matière. Pauline continuait de tirer lorsque j’ai refermé ma bouche sur sa chatte, avalant avidement le filet restant.

Le clito de Pauline était super sensible à ce stade, alors elle a repoussé ma tête. Mes doigts étaient toujours coincés entre ses cuisses, mais j’ai arrêté mon massage (du moins temporairement). Mélanie a retiré sa tête de ma queue et a commencé à remonter le long de mon corps, léchant tous les jus de Pauline sur ma peau. Elle est arrivée jusqu’à mon visage et l’a léché proprement puis, dans un geste auquel je ne m’attendais pas, elle s’est retournée et a commencé à lécher les cuisses de Pauline. À ce moment-là, Pauline avait commencé à se remettre et elle a écarté ses jambes pour la langue exploratrice de Mélanie. Là où mon léchage avait été vigoureux, celui de Mélanie était léger et délicat. Je me suis retiré, laissant à Mélanie toute liberté pour explorer la chatte de Pauline. Mélanie gémissait un peu en léchant Pauline et j’ai réalisé qu’elle était la seule à ne pas avoir encore joui. Mélanie était à genoux, la tête enfouie entre les jambes de Pauline, alors je me suis installé derrière elle et j’ai commencé à la baiser, en levrette. C’est l’une des positions préférées de Mélanie et lorsque ma queue a glissé entre les lèvres de sa chatte engorgée, elle a laissé échapper un fort gémissement de satisfaction.

Au début, j’ai baisé Mélanie lentement, tout comme elle léchait Pauline lentement et doucement. Cependant, comme Pauline était de plus en plus excitée, elle a incité Mélanie à la lécher plus fort. J’ai augmenté la fréquence et l’intensité de mes coups, incitant Mélanie à accélérer. Très vite, j’ai pénétré dans la chatte de Mélanie avec force et rapidité. Cela a eu pour effet d’enfoncer la langue de Mélanie durement et profondément dans la chatte de Pauline, ce qui était exactement ce qu’elle voulait.

« Uuuhhhhh….FUUUUUCCCCKKK, » a gémi Pauline.

Mélanie émettait un grognement presque animal et nous pouvions tous entendre le bruit négligé et étouffant que ma queue faisait dans sa chatte.

Pauline m’a regardé par-dessus le dos de Mélanie.

« Mon Dieu, ça a l’air chaud, te regarder la baiser pendant qu’elle me mange », a sifflé Pauline.

J’ai répondu : « Putain, tu es si sexy avec tes jambes écartées comme ça. J’ai hâte de baiser ta douce chatte. »

Mélanie a levé la tête et a crié : « Je suis cuuuummming ! Oh putain, oh putain, oh putain…N’ARRÊTE PAS. »

Avec cela, elle a commencé à repousser sa chatte vers moi avec force, répondant à mes poussées. Pauline s’est assise et nous a regardées avidement, tout en caressant son clitoris avec ses doigts. Pauline s’est avancée sous Mélanie et a attrapé ses seins brutalement. Mélanie a juste gémi plus fort et a riposté plus fort. Je ne le savais pas à ce moment-là, mais à ce moment-là, Pauline a tordu et pincé fort les deux tétons de Mélanie. Mélanie s’est cabrée et s’est enfoncée durement sur ma queue, en forçant sur mes hanches. Elle criait son orgasme si fort que j’ai cru que les voisins allaient appeler les flics. Je sentais sa chatte vibrer autour de ma queue dure et je sentais son jus dégouliner sur mes couilles pendant qu’elle jouissait.

Mélanie a lentement basculé de moi sur le côté et s’est recroquevillée dans une position presque fœtale. Je ne l’avais jamais vue jouir aussi fort. Son corps était encore secoué de spasmes et j’étais sûr qu’elle s’était évanouie.

Pauline m’a regardé et a dit : « Je veux te monter, de toutes les manières possibles. »

Je me suis allongé sur le dos, ma bite dressée en l’air. Elle rebondissait en même temps que le martèlement de mon cœur. Rien que l’idée que j’allais pouvoir baiser Pauline me rendait fou. Pauline s’est levée avec ses pieds de chaque côté de ma tête, face à mes pieds, et s’est lentement accroupie, rapprochant de plus en plus sa chatte poilue de mon visage. Quand elle a atteint le fond, la première chose que j’ai faite a été de frotter tout mon visage sur les lèvres de sa chatte, m’imprégnant de son jus au passage. J’ai aspiré une de ses lèvres de chatte dans ma bouche et j’ai glissé ma langue sur toute sa longueur.

« Oh putain, » soupire-t-elle, en remuant un peu ses hanches pour augmenter la friction.

Ma queue était ignorée pour le moment, mais cela ne me dérangeait pas. J’AIME absolument lécher la chatte. Je serais heureux de le faire pendant des heures. Je ne comprends pas ces connards égocentriques qui veulent que leurs femmes les sucent, mais qui ne veulent pas approcher leur bouche de la chatte de leur femme. Ils passent vraiment à côté de l’une des meilleures choses de la vie. Bien sûr, cette pensée ne m’a traversé l’esprit que fugitivement, car juste à ce moment-là, Pauline a poussé sa chatte en avant et a amené ma langue juste au-dessus de son trou du cul. Je ne sais pas si c’était ce qu’elle avait prévu, mais ça ne m’a certainement pas dérangé. J’ai commencé à lui donner un rim job A-1.

« Oh putain, ça fait du bien », a-t-elle gémi.

« Est-ce qu’il te lèche le cul ? » J’ai entendu Mélanie demander.

« Oh oui, et ça fait du bien. Personne ne m’a jamais touché là avant, mais j’adore ce que ça fait ! » a-t-elle répondu. Puis elle a grogné, « Uuuuuhhhhhhhhhh ».

Je me suis dit que si elle aimait ça, elle allait adorer ça et j’ai commencé à remuer le bout de mon doigt dans le cul. Ça a VRAIMENT fait remuer son cul.

« Putain, donne-moi plus, PLUS ! » a-t-elle demandé.

Elle a brièvement gémi lorsque j’ai retiré mon doigt pendant un moment, mais a cessé de se plaindre lorsque je l’ai enfoncé profondément dans sa chatte pour recueillir sa lubrification avant de retourner dans son cul. J’ai d’abord enfoncé un doigt profondément dans son cul, suivi d’un deuxième doigt (mais très lentement). Elle n’a pas bougé pendant que j’étirais doucement son sphincter. Mélanie a commencé à sucer ma queue en me regardant entrer et sortir du cul de Pauline.

« J’adore quand il joue avec mon cul », a dit Mélanie à Pauline. « J’aime vraiment quand il me baise pendant que j’ai un gode dans le cul. »

Tout ce que Pauline pouvait faire à ce moment-là, c’était grogner en rythme avec les poussées de mes doigts. Sa chatte dégoulinait généreusement sur mon cou. Les lèvres de Mélanie ont quitté ma queue et je l’ai entendue se lever et courir dans notre chambre pendant un moment. Je savais exactement ce qu’elle cherchait. Pendant ce temps, j’ai continué à enfoncer mes deux doigts dans le cul de Pauline. Avec mon autre main, j’ai levé la main et j’ai joué avec ses tétons. Elle semblait adorer quand je les pinçais. J’ai continué à augmenter l’intensité de mes pincements et elle a juste gémi plus fort.

« Oh ouais, pince mes tétons fort….. et tire dessus ! » a-t-elle gémi.

À ce moment-là, je tirais ses tétons aussi loin que ses seins pouvaient s’étirer. En fait, j’avais peur de les arracher si je tirais encore plus fort.

Pauline a juste dit : « Juste comme ça, oh mon Dieu, juste comme ça ».

C’est à ce moment-là que j’ai réalisé que Pauline aimait clairement un peu de douleur mélangée à son plaisir. J’ai écarté mes doigts envahissants, étirant son cul et elle s’est levée, mais a immédiatement remis son cul en place.

« Merde, ça fait du bien », a-t-elle soupiré.

À ce moment-là, Mélanie était revenue avec notre assortiment de jouets. Elle est arrivée la première et s’est agenouillée près de ma tête pour pouvoir me regarder doigter Pauline de près. Pauline s’est penchée en avant, a englouti ma queue et m’a fait une gorgée profonde pendant quelques coups. Encore une fois, je me suis délecté de la profondeur à laquelle ma queue est entrée dans sa gorge. Dans cette position, la courbe de ma queue correspondait parfaitement à la courbe de sa gorge. Je léchais son clito et doigtais son cul en même temps. Cependant, Mélanie avait d’autres plans. Elle s’est levée et a fait le tour de la tête de Pauline. Je pouvais l’entendre murmurer quelque chose à Pauline, mais je ne pouvais pas comprendre ce que c’était.

Pauline a lentement retiré sa bouche de ma queue et s’est levée de mon visage. Je suis resté allongé pendant quelques instants, me demandant ce qui se passait, mais reprenant mon souffle en même temps. Je me suis appuyé sur mes coudes et j’ai regardé mes deux compagnes sexy. Mélanie était sur le dos sur le sol et manœuvrait Pauline dans une position de 69 au-dessus d’elle. J’ai toujours eu le fantasme de regarder exactement cela, mais je n’en avais jamais parlé à Mélanie parce qu’elle ne m’avait jamais, jamais donné la moindre indication qu’elle voudrait un jour être avec une femme. Pauline suçait les lèvres de la chatte de Mélanie et Mélanie lui rendait la pareille. En même temps, Mélanie introduisait un gode en caoutchouc assez épais dans la chatte très humide de Pauline. J’ai regardé avec fascination le gode épais étirer les lèvres de la chatte de Pauline. Mélanie a ensuite commencé à faire entrer et sortir le gode à un rythme lent mais régulier. Je me suis mis à quatre pattes pour regarder cela de près. C’était incroyablement excitant de voir les lèvres intérieures se retirer le long de la surface du gode, puis presque s’enrouler sous le gode lorsqu’il était réintroduit. Pendant tout ce temps, Pauline grognait fort, chaque fois que le gode s’enfonçait dans sa chatte. Je me suis rendu compte que Pauline prenait environ 20 cm à chaque fois. Elle est si petite que je n’aurais jamais cru qu’elle puisse prendre quelque chose d’aussi profond.

Histoire de Sexe :  Histoire porno Villa d'azur : la vengeance

La langue de Mélanie travaillait légèrement le clito de Pauline et je pouvais voir les tremblements révélateurs dans les cuisses de Pauline qui, je le savais maintenant, allaient précéder un méchant orgasme. Mélanie soufflait et haletait aussi en réponse à la stimulation clairement agréable que Pauline appliquait à sa chatte. Mélanie a brièvement lâché le gode, après l’avoir enfoncé particulièrement profondément. Elle m’a regardé droit dans les yeux, a souri et a levé les deux mains pour écarter les fesses de Pauline. Je me suis sentie souriante car je savais exactement ce qu’elle voulait que je fasse. Je me suis placé derrière Pauline et je me suis en quelque sorte accroupi pour amener la tête de ma queue directement sur le bouton de rose de Pauline. Mélanie avait apporté du lubrifiant avec les jouets, alors j’en ai versé une grosse cuillerée directement sur le trou du cul de Pauline. C’était froid et Pauline a un peu couiné, mais elle n’a pas ralenti sur la chatte de Mélanie. Au moment où la tête de ma bite a touché son anus, Pauline s’est figée. J’ai poussé lentement et régulièrement contre la résistance, en guettant le moindre signe que Pauline ne voulait pas ça. Pauline était complètement silencieuse, mais a hoché la tête en signe d’assentiment. La pression constante a lentement ouvert son anus et j’ai senti la tête commencer à glisser à l’intérieur.

C’était une sacrée bonne chose que j’aie déjà eu un gros orgasme, car je n’aurais jamais pu garder le contrôle autrement. C’était juste trop érotique de voir ma queue disparaître lentement dans le cul de Pauline. Je pouvais sentir le gode dans sa chatte et les doigts de Marie traçaient l’endroit où le cul de Pauline et ma bite se rencontraient. Une fois que la tête de ma bite était complètement entrée, je me suis arrêté momentanément pour laisser le cul de Pauline s’habituer à l’intrusion. Pauline n’en avait pas l’intention et elle a claqué en arrière contre moi, enfonçant ma bite jusqu’aux couilles.

« NNNUUUUNNNGGGGGHHHHH, » gémit Pauline.

Mon Dieu, j’adore ce son. La seule fois où tu entends ce grognement particulier, guttural et animal, c’est quand tu fais le premier coup dans le cul d’une femme !

« Oh mon putain de Dieu », a crié Pauline. « Baise mon cul et ma chatte ! »

Eh bien, je suis toujours du genre à suivre les instructions et apparemment Mélanie aussi, car je pouvais sentir le gode entrer et sortir de la chatte de Pauline et je baisais son cul.

« Baise-moi plus fort », a crié Pauline.

Je claquais dans son cul aussi fort que je le pouvais. J’étais conscient que mes couilles claquaient contre le gode à chaque poussée et j’étais étonné que ça ne fasse pas mal. En fait, je suis presque sûr que ça aurait fait mal, mais j’étais tellement sous l’emprise des endorphines à ce moment-là que je n’ai pas remarqué. On aurait dit que nous étions en rut depuis des heures. Je sais que je dégoulinais de sueur à ce moment-là, mais je ne voulais pas ralentir. À ce moment-là, Pauline était complètement incohérente, le pouvoir du langage totalement perdu. Cela ne veut pas dire qu’elle était silencieuse, loin de là. C’était presque comme écouter quelqu’un parler en langues. On ne pouvait distinguer aucun mot intelligible, mais Pauline babillait et grognait bruyamment en permanence. Juste à ce moment-là, Mélanie a sucé fort le clito de Pauline et l’a léché avec acharnement. Elle a chronométré cela juste au moment où je claquais profondément dans le cul de Pauline et le résultat était vraiment étonnant. De nouveau, les cuisses de Pauline se sont serrées (cette fois autour de la tête de Mélanie, pas de la mienne). Elle a fortement courbé le dos et a commencé à trembler de partout. Son cul vibrait presque littéralement, il tremblait si fort. Elle s’est soulevée contre ma queue, l’enfonçant plus profondément dans son cul. Un cri aigu s’est échappé de ses lèvres et elle a commencé à pulvériser du jus sur le visage de Mélanie. Mon Dieu, je pouvais voir le jus éclabousser TOUT le sol autour de moi et j’entendais Mélanie cracher et s’étouffer avec tout le liquide. C’était le moment pour moi. J’ai juste commencé à pomper coup après coup de sperme au fond du cul de Pauline.

« Putain, je peux le sentir », a crié Pauline et cela a semblé renouveler son orgasme. À ce moment-là, Mélanie avait manifestement compris que la chose la plus sûre à faire pour éviter de se noyer était de boire le jet de Pauline et elle a verrouillé sa bouche sur le clitoris et l’ouverture de Pauline, avalant rapidement tout. Pauline a continué à trembler pendant quelques instants encore, puis elle est tombée en avant, perdant complètement connaissance. Elle a roulé sur Mélanie et ma bite est sortie de son cul. J’étais presque en état de choc. Pas parce que Pauline s’est évanouie sur nous (bien que je n’aie jamais eu de femme qui feinte pendant l’orgasme avec moi auparavant), mais parce que ma bite était encore dure comme le roc. Mélanie a vite compris que j’étais encore fonctionnel et elle m’a attrapé et m’a tiré entre ses jambes.

« Baise ma chatte aussi fort et aussi vite que tu peux ! » a-t-elle demandé.

J’ai commencé à slammer en elle, écrasant son clito avec mon os pubien à chaque fois que je le faisais. J’étais comme un marteau-piqueur et je n’étais pas prêt de ralentir. Comme j’avais déjà joui deux fois, j’étais capable de continuer et de continuer. J’ai changé un peu de position, de sorte que j’étais à genoux. Mes mains étaient sur la taille de Mélanie et je la tirais fortement vers le bas sur ma queue. Elle m’a aidé en enroulant ses jambes autour de mon dos et en me tirant en elle à chaque coup.

« Baise-moi, enfoiré, baise ma chatte… allez, baise-moi plus fort, enfoiré ».

Maintenant, je la baisais pour tout ce que je valais et cela m’énervait presque (enfin, aussi énervé qu’un homme peut l’être enfoui dans une chatte humide et chaude et la baiser fort).

« Tu en veux encore ? » J’ai demandé.

« Oui, fais-moi mal », m’a-t-elle répondu en hurlant.

« OK, tu l’as cherché ! » J’ai dit et j’ai commencé à frapper ses seins avec des coups secs et piquants sur ses mamelons durs. Je ne l’avais jamais frappée auparavant, pas même une claque sur la croupe pendant l’amour, alors je ne sais pas ce qui m’a pris, mais j’ai continué à lui donner de fortes claques sur les seins.

Chaque fois que je l’ai fait, elle a crié : « Oui, gifle mes seins. Continue comme ça. Oh putain, ça fait du bien. »

Elle secouait sa tête d’avant en arrière et je pouvais sentir sa chatte commencer à se serrer sur ma queue. J’ai donné une dernière claque à ses seins et je me suis enfoncé aussi profondément que possible dans sa chatte. Elle a explosé sur ma queue. Je ne l’avais jamais fait gicler auparavant et même si ce n’était pas du tout comme ce que Pauline avait lâché, c’était tout aussi intense. J’ai tiré mon dernier orgasme de la journée au fond de la chatte avide de mon adorable femme et nous nous sommes toutes les deux affalées, avec ma bite toujours bien enfoncée en elle.

Pauline nous a fait sursauter tous les deux quand elle a dit : « C’était la chose la plus intense que j’ai jamais vue ! ».

J’ai gloussé et répondu : « C’était le sexe le plus intense que nous ayons jamais eu. En fait, toute cette soirée a été hors norme ! »

Mélanie a dit : « Tu peux le redire, je n’ai jamais rien fait de tel de toute ma vie. »

« Moi non plus », a répondu Pauline. Oh mon Dieu, je suis complètement défoncée. Je ne pourrais pas en supporter davantage même si je le voulais. »

« Pareil pour moi », a dit Mélanie et s’est lentement levée.

Nous avons toutes les trois réussi à tituber jusqu’à la chambre où nous sommes tombées en un seul gros tas de sueur sur notre grand lit. J’ai réussi à tirer la couette sur nous juste avant de tomber dans un profond sommeil. Avec Pauline blottie contre moi d’un côté et Mélanie blottie contre moi de l’autre. Je les ai embrassées toutes les deux pour leur souhaiter bonne nuit et ensuite Mélanie s’est penchée sur moi et a donné à Pauline un french kiss très sexy pour lui dire bonne nuit aussi. Quelle nuit incroyable et ce n’était que le début de la semaine la plus intéressante de ma vie, mais c’est un récit pour une autre fois……